Top 14 - Lyon, la bête rouge... et noire

  • Les Lyonnais de Léo Berdeu ont réussi à faire tomber le champion de France.
    Les Lyonnais de Léo Berdeu ont réussi à faire tomber le champion de France. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Le Lou s’est adjugé son quatrième succès de rang face au Stade, mettant pour la deuxième saison consécutive un terme à une belle série des toulousains.

Ils avaient été, la saison dernière, les seuls à faire tomber à deux reprises le Stade toulousain. L’équipe, aussi, qui avait mis un terme à quatre mois d’invincibilité des hommes d’Ugo Mola. Autant dire que ces Lyonnais sur une série de trois victoires consécutives face aux Rouge et Noir n’avaient aucune raison de se montrer intimidés, à l’heure de recroiser le fer avec les invincibles et insatiables toulousains. Un rendez-vous coché de longue date par Pierre Mignoni, qui n’avait à ce titre pas hésité à laisser des cadres comme Charlie Ngatai, Mickaël Ivaldi ou Colby Fainga’a à l’herbage, dont le rendement était jugé insuffisant depuis le début de saison. Manière d’exiger, de la part des joueurs sélectionnés, une détermination et un engagement sans faille, critères évidemment jugés indispensables pour faire vaciller l’ogre…

Cet engagement ? Il fut au rendez-vous, bien sûr, à l’image de ces chasses dévastatrices sous les renvois et autres quilles de Léo Berdeu ou Toby Arnold, symbolisées par ce plaquage destructeur de Tuisova sur Germain qui provoqua l’essai de Saghinadze (15e). Un jeu de destruction massive qui ne fut certes pas prolongé par de grandes envolées, mais eut au moins le mérite de semer le doute dans les esprits toulousains, réduits à égarer des munitions au sol ou à rendre des ballons au pied beaucoup plus souvent qu’à leur habitude…

De l’indiscipline, mais surtout de l’ambition

Le hic ? Il est qu’à l’exception de l’essai de Saghinadze, les Lyonnais n’avaient pas vraiment réussi à aller au-delà de cette agressivité en première période, et à exploiter efficacement les nombreux ballons récupérés au sol ou au contact par leur agressive défense. En clair, les hommes de Pierre Mignoni manquaient manifestement d’ambition, qui préféraient se rassurer en cantonnant le jeu auprès de leurs avants plutôt que d’oser lancer plus au large les cannes des Tuisova, Dumortier, Mignot et consorts. Si bien que l’on en vint à craindre pour eux qu’après l’entrée en jeu du banc toulousain, les Lyonnais n’en nourrissent que plus que regrets… Et puis, il y eut cette estocade. Cette interception de Thibaut Regard enfin prolongée par un jeu plus ambitieux, qui permit enfin à Josua Tuisova de s’illustrer ballon en mains jusqu’à décaler Dylan Cretin d’une merveille de passe après contact (44e). Une action en forme de déclic, très probablement provoquée par le discours du manager à la pause, qui inspira l’équipe au point de provoquer le troisième essai de Couilloud (52e) après un nouveau ballon de récupération écarté par Regard et Arnold jusqu’à l’aile de Dumortier.

De quoi s’adjuger temporairement un bonus offensif que les Rhodaniens ne purent pas conserver, la faute au carton jaune reçu par ce même Dumortier à la 63e. Mais il fallait peut-être pas exiger davantage de ce Lou, une telle débauche d’énergie ne pouvant pas aller sans un brin d’indiscipline…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Nicolas ZANARDI
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?