Top 14 - À Castres, Antoine Zeghdar se fait une place

  • Antoine Zeghdar a livré une prestation de haut vol face à Biarritz. Il montre qu’il est une solution viable sur les ailes, où la concurrence est rude.
    Antoine Zeghdar a livré une prestation de haut vol face à Biarritz. Il montre qu’il est une solution viable sur les ailes, où la concurrence est rude. Laurent Frezouls / Icon Sport - Laurent Frezouls / Icon Sport
Publié le , mis à jour

Le jeune transfuge d’Oyonnax semble parfaitement réussir son adaptation en Top 14. Face à Biarritz, il a montré toutes ses qualités techniques et physiques.

Ses courses chaloupées ont soulevé Pierre-Fabre. Antoine Zeghdar a sans doute livré samedi sa meilleure prestation sous ses nouvelles couleurs pendant que son équipe remportait son premier bonus offensif de la saison en disposant de pâles biarrots (38-20). La feuille de statistiques parle pour lui. Avec cinq passes réussies, sept courses, soixante mètres parcourus ballon en main, un franchissement et trois défenseurs battus, il fut l’un des trois-quarts les plus en vue lors de la belle victoire des siens face à Biarritz. Peu à peu, au contact de ses nouveaux partenaires, le transfuge d’Oyonnax débarqué dans le Tarn au mois de juillet dernier poursuit sa mue. Il est arrivé sur la pointe des pieds, presque timide, conscient qu’il arrivait dans un des tout meilleurs championnats du monde.

Après un passage avec les espoirs de Toulon et vingt-six matchs de Pro D2 en deux saisons à Oyonnax (un essai), il n’avait encore jamais évolué en Top 14 et débarquait dans un club où la ligne de trois-quarts déjà bien installée forçait le respect. « J’ai hâte d’apprendre au contact de tous ces garçons expérimentés que sont Thomas Combezou, Geoffrey Palis, Rory Kockott ou Benjamin Urdapilleta », confiait-il lors du grand raout de rentrée organisé par le CO. Le gamin originaire de Monaco (« je suis né » à Monaco, mais il n’y a pas de droit de sol, je ne suis pas Monégasque… malheureusement ! »), dont il a notamment défendu les couleurs à VII, fait partie de la génération dorée, championne du monde moins de 20 ans en 2019. « C’est David Darricarrère, auprès duquel j’ai eu le sentiment de beaucoup progresser lors de notre collaboration lorsque j’étais Bleuet, qui a œuvré pour que je vienne à Castres. On s’entend très bien et je pense que c’est un très bon entraîneur. »

Un gabarit atypique

Très grand (1,98 m), élancé (103 kg), Antoine Zeghdar dispose d’appuis déroutants. Ses crochets ont fait très mal à la défense biarrote et si c’est Vilimoni Botitu qui a validé les deux essais des trois-quarts tarnais (sur six), l’ailier aux cheveux longs fut souvent décisif dans la construction des actions, notamment sur la dernière réalisation de son trois-quarts centre, où il s’est substitué à Jérémy Fernandez au poste de demi de mêlée pour dynamiser l’action.

Sans faire de bruit, le CO s’installe dans le haut du tableau et enchaîne un douzième match sans défaite à Pierre-Fabre. De bon augure avant le déplacement à Toulouse, le frère ennemi leader du championnat, où s’imposer sera sans doute une autre paire de manches. Mais à cœur vaillant…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?