Sébastien Bourdin (préparateur physique de Demba Bamba) : « Pas encore au max de son potentiel »

  • Sébastien Bourdin (préparateur physique de Demba Bamba) : « Pas encore au max de son potentiel »
    Sébastien Bourdin (préparateur physique de Demba Bamba) : « Pas encore au max de son potentiel » Icon Sport
Publié le , mis à jour

Le préparateur physique de Demba Bamba, Sébastien Bourdin, nous détaille les forces, les faiblesses, les axes de travail du joueur et jure qu’il peut encore mieux faire.

Dimanche soir dernier, il ne fallait pas être sur la route de Demba Bamba. Avec dix charges, cinq plaquages cassés et huit plaquages effectués, le droitier a causé d’énormes dégâts dans les rangs toulousains. Et ce pendant 80 minutes, s’il vous plaît. Même son préparateur physique Sébastien Bourdin - qui entame avec le LOU sa dix-septième saison dans le rugby pro - est impressionné : «Je le découvre encore mais Demba possède un profil assez rare, surtout pour un droitier : en général, on ne trouve pas de pilier droit aussi dynamique. C’est un porteur de balle d’exception, qui défend beaucoup et qui fait le job en mêlée. »

On le savait actif mais on l’avait rarement vu à ce point-là, et aussi longtemps. Là encore, il n’y a pas de mystère : «Demba a perdu environ cinq kilos depuis son retour de vacances. Il est à 120 kg. Surtout, il n’a pas perdu de masse maigre, que de la masse grasse. On ne dirait pas comme ça, mais ça compte vraiment. Cela lui permet de jouer à haute intensité pendant 80 minutes comme il l’a fait contre le Stade toulousain », prolonge Bourdin. Le résultat d’un travail entamé avec un diététicien qui lui a permis de se délester de ces kilos superflus qui, sur un match de haut niveau, font toute la différence.

La nutrition fait d’ailleurs partie des axes de développement que les staffs du Lou et de l’équipe de France ont fixé avec le joueur : «Demba n’est pas encore au max de son potentiel. Il doit encore faire des progrès sur la nutrition, son sommeil, et gagner en précision toutes ses techniques gestuelles : en musculation, sur le terrain de rugby, au niveau de la course. » Car si la mécanique est robuste, elle n’est pas dénuée de faiblesses : «Nous avons mis en place des protocoles pour ses cervicales et ses ischio-jambiers, ses deux points faibles. Cela passe par un travail de renforcement mais également de correction de mouvements en salle et sur sa technique de course : par exemple, nous avons compris que Demba faisait de trop grandes foulées, qui tiraient sur ses ischio alors que ces derniers sont en position de faiblesse », détaille Bourdin.

De vraies faiblesses, alors que le joueur n’a que 23 ans. Voilà pourquoi il doit prendre soin de lui : «Mon boulot, c’est de le protéger des blessures. S’il veut une carrière longue, il doit continuer à changer les choses comme il a commencé à le faire », insiste encore Bourdin. Imaginez le niveau que pourrait atteindre le puissant Lyonnais en vue de la Coupe du monde de 2023…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?