Top 14 - Clermont recherche son ADN offensif

  • À l’image de George Moala, les Clermontois ont plus de mal à transpercer les défenses cette saison. Photo Icon Sport
    À l’image de George Moala, les Clermontois ont plus de mal à transpercer les défenses cette saison. Photo Icon Sport
Publié le

Avant une rencontre électrique face à Toulon, l’ASM cherche encore la bonne formule en attaque. Les Jaunards chercheront notamment à étoffer leur palette avant la trêve internationale.

L’automne est là, les feuilles tombent, et les Clermontois sont toujours en rodage. Après neuf journées de Top 14, l’ASM n’est que la septième meilleure attaque du championnat. Un constat presque inédit pour une équipe réputée pour son jeu alléchant depuis plus d’une décennie. Avec 16 essais marqués, les Jaunards sont largement en retard sur leurs temps de passage de la saison dernière, où ils avaient passé 28 fois la ligne d’en-but. Symptôme de ce mal, les Auvergnats n’ont pas franchi une seule fois le rideau bordelais, lors de la neuvième journée, et n’ont gagné que 170 mètres ballon en main… contre 420 pour l’UBB. Xavier Sadourny illustre trois raisons de cette baisse de régime. "D’abord il y a le calendrier, on a joué des équipes très solides défensivement. Ensuite je trouve que sur la zone de ruck les arbitres sont plus vigilants que les années passées, donc ça laisse moins de marge en attaque. Et enfin… c’est nous évidemment ! Il faut qu’on trouve plus de solutions pour s’engouffrer dans les failles adverses." Alors, force est de constater que Clermont n’a pas encore déployé sa force de frappe offensive. La faute notamment à des allers-retours incessants à l’infirmerie des Bézy, Lopez, Raka, Yato ou, plus récemment, à l’absence des internationaux Penaud et Naqalevu. Face à Toulon, Jono Gibbes devra même se passer de Kotaro Matsushima et Peni Ravai, partis rejoindre leurs sélections. Au bout du compte, la note est salée pour le staff clermontois qui doit se priver de la majorité de ses armes létales. Mais pour Xavier Sadourny, la principale issue se trouve dans l’utilisation du ballon, un secteur défaillant en Gironde. "On a bien analysé notre prestation à la vidéo pour que tout le monde prenne conscience de nos manques dans l’utilisation des ballons. On n’a pas été bons mais notre chance est que nous allons nous rattraper et repartir collectivement sur notre projet."

"Enrichir notre palette offensive"

L’ASM est en manque de confiance collective. Les changements presque hebdomadaires de charnière et de paires de centres n’ont d’ailleurs pas aidé les Auvergnats à réaliser un début de saison tambours battants. Si Clermont s’en remet souvent au talent de George Moala pour casser les lignes, les défenses adverses parviennent plus régulièrement à contenir le centre All Black. L’exemple girondin prend une nouvelle fois tout son sens, où le Néo-Zélandais n’a jamais pu se dépêtrer des Grenats. Pareille sanction pour O’Connor et Pourailly, sevrés de ballons durant 80 minutes. Avant la réception du RCT de Franck Azéma, l’entraîneur en charge de l’attaque cherche à étoffer le jeu clermontois. "George fait partie de nos points forts, notre jeu est souvent axé sur lui parce que c’est un joueur qui est dur à faire tomber. Mais face à Toulon, et dans ce deuxième tiers de saison, on va chercher à enrichir notre palette offensive, en créant plus de mouvements au centre, ou en utilisant davantage les ailiers. Mais le plus important sera de retrouver de la constance. On a de très bons joueurs mais on ne peut pas se permettre d’avoir autant de hauts et de bas dans un match", poursuit Xavier Sadourny. Clermont a besoin de "retrouver son ADN", ajoute Jean-Pascal Barraque. Le centre polyvalent suit le mantra de son entraîneur en pointant du doigt la gestion du terrain. "On n’a jamais réussi à inverser la pression à Bordeaux. Contre Toulon, il nous faudra tenir le ballon et surtout mettre une grosse pression chez eux pour retrouver la confiance dans notre jeu", explique le septiste. JJ Hanrahan sera particulièrement attendu pour dicter le plan de jeu clermontois. Face à Louis Carbonel, l’ouvreur irlandais a une belle occasion de prouver sa valeur. Sous les yeux d’un Michelin qui ne demande qu’à exploser, l’ancien joueur du Munster sera attendu sur le jeu au pied et l’animation de l’attaque clermontoise. Pour Clermont, l’équation est simple et les solutions multiples pour se faufiler "dans les quelques failles toulonnaises" repérées par le staff clermontois.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Clément LABONNE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?