Pro D2 - Romain Uruty (Béziers) : "Rester sixièmes le plus longtemps possible"

  • Le demi d'ouverture Romain Uruty (Béziers) à Montauban. Photo Stéphanie Biscaye
    Le demi d'ouverture Romain Uruty (Béziers) à Montauban. Photo Stéphanie Biscaye Stéphanie Biscaye
Publié le , mis à jour

Romain Uruty, ouvreur de Béziers, évoque le bon début de saison de l'ASBH.

Sans tirer de conclusions hâtives, cette sixième place est-elle déjà un signe ?

C’est vrai qu’on ne parlait pas de top 6 en début de la saison. Pas comme chaque année, où on annonçait certains objectifs et puis il ne se passait rien. Ce n’était pas intéressant de donner ce type d’image. Aujourd’hui, la satisfaction d’apparaître dans les six premiers est appréciable. On vise toujours à être solides à la maison et audacieux à l’extérieur.

Ressentez-vous une montée en puissance au fur et à mesure des journées ?

Oui car on s’appuie sur des principes simples qui conviennent à toute l’équipe. Je parle de l’aspect défensif qui a déjà fait ses preuves. Puis au-delà de la conquête, qui est un atout de poids, on développe de plus en plus de jeu. Face à Narbonne, on marque trois essais de trois-quarts, c’est positif en termes d’équilibre.

Malgré quelques problèmes offensifs où les trois-quarts éprouvaient du mal à concrétiser...

Pourtant, on s’évertue à conserver notre plan de jeu depuis le début. Après cette finition, cette passe supplémentaire, ce dernier mètre nous manquait. On doit persévérer d’autant que l’on possède un triangle d’attaque rapide et que nous avons des arguments à faire valoir au large.

Votre passe décisive au pied sur l’essai de Roméo Ballu face à Narbonne symbolise-t-elle cette évolution offensive ?

Sur le coup, je prends l’information et j’observe une zone libre. La communication fut primordiale également de la part de mes coéquipiers pour la prise de décision. Ce n’était pas trop prévu mais parfois, à l’instinct, ça fonctionne et c’est tant mieux pour l’équipe.

Avec les absences conjuguées de Lionel Beauxis et d’Adrien Latorre, votre temps de jeu a considérablement augmenté, y compris votre sens des responsabilités...

Forcément, mes apparitions sont régulières après ces deux grosses pertes. J’ai saisi ma chance à chaque fois que l’on me donnait l’opportunité de porter le maillot de titulaire. Le poste de demi d’ouverture exige des automatismes et de la confiance et le fait d’enchaîner est vraiment précieux pour continuer à grandir.

Au quotidien, sur quels aspects travaillez-vous pour être plus performant ?

Avec le staff, on peut faire des séances sur la précision des sorties de camp, le système de jeu. Sur le placement et les initiatives aussi et les réponses que je dois apporter quand la situation en match exige. On doit sans cesse demeurer en éveil et être à l’écoute.

Le voyage en Bresse sera-t-il une nouvelle étape dans votre évolution ?

Les Bressans sont dans un besoin comptable dans l’optique du maintien. Ils seront revanchards après la lourde défaite subie face à Oyonnax à domicile. Ils ne donneront rien et on devra s’attacher à être précis pour exister. On a besoin d’enchaîner pour générer de la confiance car la réception de Mont-de-Marsan s’annonce ensuite très intense.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Rémy Ruggiero
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?