Lyon et le mal du transport

  • Lyon et le mal du transport
    Lyon et le mal du transport Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

C’est seulement la deuxième fois de la saison que les Lyonnais rentrent bredouilles d’un déplacement. le LOU aimerait parvenir à faire tomber la pièce du bon côté.

À l’aube de cette 11e journée, le Lou de Pierre Mignoni se présentait sur la rade avec une drôle de statistique : depuis le début de saison, à l’exception de Montpellier, les Lyonnais étaient parvenus à glaner au moins un point de chaque rencontre. Vous dites ? Avec cinq victoires pour autant de défaites, les Rhodaniens ne comptaient pas moins de quatre bonus défensifs. Le symbole d’une équipe accrocheuse, qui parvient toujours à rester à portée de fusil ? Ou au contraire d’un groupe qui n’arrive pas encore à faire tomber la pièce du bon côté ? À chacun sa lecture. Toujours est-il qu’à l’heure de se déplacer à Mayol, et alors même qu’ils ne comptaient qu’une victoire en déplacement (à Biarritz) depuis le coup d’envoi de la saison, les Lyonnais ne cachaient pas leur désir de faire un coup, pour continuer à suivre le rythme des Toulousains et Bordelais. Mais comme trop souvent loin de leurs bases, les coéquipiers de Jordan Taufua ont bataillé, regardé leurs adversaires dans les yeux, pour finalement tomber les armes à la main. « Après deux semaines de repos, on s’est trompé sur de petits détails. On ne peut pas se permettre de faire ces erreurs en Top 14 », pestait le troisième ligne.

Deuxième défaite à zéro point de la saison 

Sauf que s’ils ont comme souvent rivalisé au sol, sont apparus solides en défense et ont tenu tête à des Varois pour qui la défaite était inenvisageable, les Lyonnais ont cette fois terminé à six longueurs du RCT. Comprenez que pour la deuxième fois de la saison, le retour dans la capitale des Gaules se fera sans le moindre point de bonus. « Des fois une action te fait basculer vers une victoire, des fois elle t’empêche de ramener des points. […] Il faut travailler encore plus lors des vingt dernières minutes pour que cela tourne en notre faveur. Je suis sûr que ça va marcher lors des prochains matchs », tentait de positiver Dylan Cretin, bien conscient que si le Lou veut continuer de rivaliser avec Toulouse, Bordeaux et consorts, il ne pourra plus se contenter de tomber les armes à la main en déplacement. 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pierrick Ilic-Ruffinatti
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?