Un contrat pour Galthié en 2027 dans les tuyaux en cas de succès lors du Tournoi des 6 Nations

  • Un contrat pour Galthié en 2027 dans les tuyaux en cas de succès lors du Tournoi des 6 Nations
    Un contrat pour Galthié en 2027 dans les tuyaux en cas de succès lors du Tournoi des 6 Nations Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Bernard Laporte devrait proposer à Galthié une prolongation en cas de succès dans le tournoi 2022.

La question ne s’est pas encore posée mais, selon nos informations, Bernard Laporte pourrait proposer en guise de « prime de victoire », une prolongation de contrat au sélectionneur Fabien Galthié et son staff, en cas de Grand Chelem ou de succès dans le prochain Tournoi des 6 Nations (2022). Lors des trois compétitions (Tournoi 2020, Autumn Nations Cup, Tournoi 2021) que le XV de France a disputées sous les ordres de l’ancien numéro neuf, les Bleus ont été en course à chaque fois mais n’ont pas remporté la victoire finale. Pas de titre. Or, quand Bernard Laporte cherchait la personne idoine à mettre à la tête du staff, dans sa réflexion, revenait le fait que le futur sélectionneur devait « être expérimenté et avoir remporté des titres en club. » 

Galthié et Ibanez, destins liés

Voilà pourquoi, si d’aventure le prochain Tournoi des 6 Nations se déroulait de la meilleure des manières, le président de la Fédération proposerait à son staff de prolonger son bail, pourquoi pas jusqu’en 2027. Au sein du staff, plusieurs membres, en « off », laissent entendre qu’ils seraient intéressés notamment de travailler avec une génération de joueurs (Dupont, Jalibert, Ntamack…) qui sera encore dans la force de l’âge dans six ans. À l’inverse, au sein de la Fédération, on s’attend aussi à ce que certains adjoints de Fabien Galthié puissent être tentés d’être un peu plus sur le devant de la scène après le Mondial 2023 et prendre en mains un club, en tant que numéro un.

Au niveau contractuel, la Fédération a fait les choses en deux temps. Pour le duo Galthié - Ibanez, à la tête des Bleus, leur situation est extrêmement liée : ils sont engagés jusqu’au 30 novembre 2023, c’est-à-dire jusqu’à la fin de la Coupe du monde. Pour les adjoints, la très grande majorité est sous contrat jusqu’au 30 juin 2024, c’est-à-dire qu’ils pourraient être toujours en place pour le Tournoi 2024. Cette différence sur la durée s’explique par le fait qu’il s’agit de techniciens débauchés à des clubs professionnels (Servat à Toulouse ou Giroud à Toulon, par exemple), et qu’ils ont souhaité être libres à l’issue d’une saison et non pas d’une année civile, afin de poursuivre leur carrière en club si besoin. Mais un Grand Chelem 2022 pourrait voir ce staff, « celui qui possède le plus de qualité » selon Laporte, poursuivre sa mission.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?