Champions Cup - Toulouse, la campagne est lancée

  • Bien attendu à Cardiff, le Stade toulousain a su déjouer le piège gallois.
    Bien attendu à Cardiff, le Stade toulousain a su déjouer le piège gallois. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Dans un contexte singulier face à une équipe qui n'avait rien à perdre, le champion d'Europe en titre a évité le piège et démarré parfaitement dans une compétition dont il fait encore une priorité. 

Le Stade toulousain et la Coupe d’Europe, l’histoire d’un amour indéfectible ou presque. Pas seulement parce que le club, victorieux de La Rochelle en finale en mai dernier, est désormais le seul détenteur du record de titres avec cinq sacres. Dès lors que cette compétition pointe le bout de son nez, l’atmosphère change du côté d’Ernest-Wallon.

Là où l’excitation se mêle à l’ambition. « Nous sommes toujours contents de retrouver la Champions Cup, c’est une compétition qu’on aime bien, avouait François Cros samedi. Avec la nouvelle formule, tout va très vite, chaque match est capital. Cette victoire à l’extérieur avec le bonus offensif est de bon augure pour la suite. Nous avons mis du temps avant d’arriver à construire notre jeu sur le match mais nous sommes restés patients, sans nous affoler. La campagne européenne est lancée. »

D’autant que le traquenard était évident, tant les nombreuses absences du côté de Cardiff plaçaient l’étiquette de grand favori sur les épaules du champion d’Europe. « Ce n’est jamais évident d’affronter une équipe remaniée, qui n’a rien à perdre, poursuit le flanker international. Les Gallois avaient juste à se livrer à 100 % et ont mis toute l’énergie possible dans l’entame. C’est bien d’avoir réussi à laisser passer l’orage pour réagir et aller chercher ce point supplémentaire à la fin. »

Une analyse partagée par Romain Ntamack : « Le piège a été évité. Le stade était plein et on sera attendu partout où on ira en Coupe d’Europe vu qu’on l’a remportée la saison passée. Cela nous met un peu plus de pression mais on aime ça. On savait qu’ils allaient démarrer fort, avec beaucoup d’engagement et d’agressivité. On a un peu subi mais nous avons été calmes et sobres. Le groupe a répondu présent et l’objectif est atteint. »

Place aux Wasps maintenant

En clair, le contexte du jour était comparable à celui de l’aventure européenne, là où le moindre faux pas peut être rédhibitoire. Là où il s’agit de mettre les choses dans l’ordre pour voir la ligne d’arrivée. « Il fallait construire ce match, en mettant les bases, avec notamment une bonne conquête, ce qui nous avait manqué à Bordeaux, explique l’ouvreur du XV de France. On a su faire le dos rond, puis le jeu s’est débridé. C’est ce qui nous plaît. Après, on a trouvé des solutions. »

Effectivement, les Rouge et Noir (vêtus de blanc à Cardiff), pas toujours à la fête, ont fait la différence sur quelques coups d’éclat dont ils ont le secret. « On a rempli le contrat avec des fulgurances qui sont parfois très talentueuses, basées sur des choses plutôt intéressantes au niveau du jeu, notait Ugo Mola. Puis il y a eu des moments de faiblesse, et on sait que, sur synthétique, ça peut jouer des tours. Il fallait faire plus que le job, ce dont on a été capable, parfois sur le plan individuel et un peu moins collectivement. Je regrette ce manque de maîtrise collective même si on a su convertir par des points tous les moments clés du match. »

Place désormais à la suite, dimanche face aux Wasps. « On a déjà pas mal bossé dessus car on a identifié la Coupe d’Europe comme une compétition dans laquelle on veut bien figurer, ne cachait pas le manager. On a anticipé des choses sur cette équipe. » 

Et Ntamack de prévenir : « Nous sommes obligés de basculer très vite, de ramener le plus de points possibles. Il n’y a pas de droit à l’erreur. Si on veut espérer se qualifier et se projeter plus loin dans la compétition, on doit gagner le week-end prochain. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?