Tendance : tout le monde devrait avoir son Sinzelle

  • Tendance : tout le monde devrait avoir son Sinzelle
    Tendance : tout le monde devrait avoir son Sinzelle Icon Sport
Publié le , mis à jour

Les quelques addicts aux réseaux sociaux ont vu passer, voilà une grosse semaine, un récapitulatif des cent matchs de Jérémy Sinzelle sous les couleurs de La Rochelle, effectué selon les statistiques de All Rugby. Celles-ci sont éloquentes : l’ancien Toulonnais et Parisien a porté quinze fois le numéro 10, neuf fois le numéro 11, quatorze fois le numéro 12, vingt-six fois le numéro 13, cinq fois le numéro 14, dix-neuf fois le numéro 15 et il a été douze fois remplaçant. à l’heure où les techniciens qualifient parfois à l’envi certains de leurs protégés d’« utility back », ils en sont sûrement là l’exemple parfait. Ce terme un brin pompeux est employé pour magnifier celui de polyvalent. Ce qui, dans le rugby moderne, est une des plus grandes qualités qui puissent exister.

Alors pourquoi consacrer ce billet entier au seul Jérémy Sinzelle ? Déjà pour montrer à quel point ce garçon semble unique. Il n’est ni le plus en vue, ni le plus sexy, ni même le plus doué des pensionnaires de ce Top 14. Mais il en est à coup sûr l’un des plus précieux. Par son évolution d’abord, puisque l’intéressé évoluait exclusivement à l’aile à ses débuts à Toulon, et ses passages à l’arrière se comptaient sur les doigts d’une main lors de ses quatre années au Stade français entre 2012 et 2016. C’est dire combien il a su, alors qu’il avait 26 ans à son arrivée sur la côte atlantique, élargir sa palette personnelle.

Mais encore ? Sinzelle ne possède pas la puissance de Botia, pas plus que la vitesse de course de Retière ou la technique individuelle de West, mais on jurerait néanmoins que - excepté durant sa longue blessure la saison dernière bien sûr - il passerait devant chacun d’entre eux à l’heure de coucher un nom sur la feuille pour un grand rendez-vous. Parce qu’il fait tout bien et qu’il est de la trempe de ceux qui - sans forcément briller personnellement - vous mettent de l’huile dans tous les rouages et vous équilibrent une ligne de trois-quarts. Il n’y a qu’à observer ses attitudes sur le terrain ou l’écouter lors de ses prises de parole pour mesurer à quel point il respire l’authenticité et le naturel.

Sinzelle, c’est en fait l’éloge de la simplicité. Un trésor dans le sport de haut niveau, qu’on a souvent tendance à oublier. Alors oui, Sinzelle ne portera jamais le maillot du XV de France mais ça vaut pourtant bien un paquet de sélections.

Tendance : tout le monde devrait avoir son Sinzelle
Tendance : tout le monde devrait avoir son Sinzelle Icon Sport

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?