Toulon, la tempête est-elle (vraiment) passée ?

  • Cheslin Kolbe (Toulon).
    Cheslin Kolbe (Toulon). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Alors qu’ils restent sur trois matchs sans défaite (une première depuis novembre 2020), les Varois semblent entrapercevoir le bout du tunnel. Mais attention, l’équilibre demeure précaire : onzièmes, les Toulonnais savent que le triptyque face à l’UBB, au MHR et à La Rochelle sera décisif.

Après une phase aller décevante, Toulon semble (enfin) retrouver un niveau plus proche des attentes initiales. Un réveil qui s’explique par l’électrochoc du départ de Patrice Collazo ? Ou alors par l’arrivée de Franck Azéma ? Une chose est certaine : après avoir pris le temps d’observer l’état de santé du RCT, l’ancien manager clermontois a rapidement tenté d’insuffler une nouvelle dynamique. « Franck a d’abord regardé et constaté que ce qui était mis en place avant n’était pas si mal. Ensuite, il a essayé de mettre son style de jeu, sa façon de fonctionner dans l’organisation des journées, des entraînements. Il y a eu de petits changements, mais il n’a pas tout révolutionné, notait en ce sens Sergio Parisse. Il essaye de bien organiser chaque entraînement et il tient beaucoup à l’intensité durant les séances. Il collabore pas mal avec ses adjoints et les préparateurs physiques. Et il veut essayer de donner au groupe une certaine exigence, notamment dans la connaissance des lancements de jeu. » Une exigence qui, si elle était l’une des clés du management de Collazo, s’exprime encore davantage en collaboration avec les autres membres du staff, avec un Franck Azéma qui semble moins hésiter à déléguer.
 

« Nous sommes conscients que nous partons de loin »

Force est de constater que s’il n’a pas réglé tous les maux toulonnais, le début d’aventure de Franck Azéma a au moins permis aux Varois de redresser rapidement la barre. Cependant, s’ils sont parvenus à malmener le LOU à Mayol et à prendre les deux points du match nul à Pau (alors qu’ils restaient sur huit défaites consécutives en déplacement), l’équilibre demeure précaire, comme est venue le rappeler la difficile victoire contre les Zebre. Les choses vont mieux, donc, mais attention. « Nous sommes conscients que nous partons de loin, et que nous avons une marge de progression en tant qu’équipe. Mais j’espère que les 7/8 semaines qui arrivent nous permettront de travailler dans la continuité, d’emmagasiner de la confiance et de mettre notre jeu en place. »

Les retours prochains de Tolofua, Ollivon, voire d’Etzebeth en février/mars, permettront-ils au RCT de basculer définitivement dans la course au top 6 ? D’ici là, il faudra déjà que les Varois parviennent à garder le wagon de tête à portée de fusil. Et le triptyque UBB, MHR, La Rochelle qui attend Toulon dans les trois prochaines semaines sera à n’en pas douter un juge de paix assez révélateur. Le RCT sera-t-il en mesure de jouer des coudes pour le top 6 ou rechutera-t-il dans les méandres du ventre mou ? Les Varois seront rapidement fixés.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?