Nevers s’offre un rab de festin en dominant le leader montois

  • Nevers s’offre un rab de festin en dominant le leader montois
    Nevers s’offre un rab de festin en dominant le leader montois Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Face à un pâle leader montois, les Neversois ont empoché une victoire bonifiée impressionnante de maîtrise et de solidarité.

Sèchement battus à l’aller (41-20) fin octobre, les Neversois ont rendu la monnaie de leur pièce aux Montois, jeudi soir, en remportant une victoire bonifiée aux saveurs de festin surprise. « Le bonus offensif, on n’y a même pas pensé, mais on le mérite », sourit après-coup le manager Xavier Péméja, regard plissé au-dessus du masque.

Du premier contre-ruck au dernier soubresaut adverse bouté loin de l’en-but, ses joueurs ont en effet affiché une froide maîtrise et une intensité qui ne pouvaient que satisfaire l’obstiné tuteur d’une jeunesse en croissance continue : « J’espère que cela veut dire que l’on grandit. J’aimerais que l’on soit tout le temps comme ça. »

Impeccables en touche, avec un 100 % sur leurs lancers et plusieurs munitions montoises raflées, dominants en mêlée et dans les rucks, Joris Cazenave et ses coéquipiers ont réduit au régime sec la meilleure armada de Pro D2, repartie dans les Landes sans avoir marqué le moindre essai.

« On avait beaucoup bossé la touche parce qu’on avait galéré à l’aller, rayonne le deuxième ligne Fabien Witz. La semaine dernière (à Vannes, N.D.L.R.), on avait été fébriles en défense. Là, on avait à cœur de se rattraper. On a eu un bon sentiment d’unité. Toute l’équipe était là, devant comme derrière. On sentait que rien ne pouvait nous arriver. Même quand on était percé, on ne lâchait rien. On était cramé à la fin, mais on a tenu bon. »

Dans un Pré-Fleuri bien garni battant la semelle pour se réchauffer sans les buvettes, les Neversois ont conservé leur invincibilité cette saison (sept victoires dont les quatre dernières bonifiées et un nul) et rentré des pelletées de confiance en ouverture d’un triptyque furieux face aux échappés du classement. « Cette première marche est passée, il nous en reste deux grosses à franchir, et on ne va pas se reposer sur ce qu’on a fait ce soir », prévient Fabien Witz, la tête déjà tournée vers le voyage à Oyonnax, vendredi prochain.

Des Montois absents

Leaders en sursis à 24 heures du match des Oyomen à Carcassonne, les Montois faisaient grise mine après leur prestation atone. « On a été complètement absents du match », peste l’entraîneur Stéphane Prosper, listant les défaillances au contrôle technique : « Conquête, défense, discipline, jeu au pied, pression, occupation. On a pris une leçon de rugby par une très bonne équipe de Nevers qui a très bien construit son match. » Symboles de la domination neversoise, les ballons portés ont été un casse-tête insoluble pour son pack : « Soit ils ont marqué, soit ils nous ont mis à la faute. »

Le demi de mêlée Christophe Loustalot ne cache pas son appréhension après cette deuxième défaite d’affilée à l’extérieur, aussi piquante que le 32-19 encaissé au stade des Alpes début décembre : « Grenoble a donné le déclic à certaines équipes. Cela fait deux matchs où on subit la guerre de l’adversaire. Ils vont tous nous jouer de la même manière maintenant. À nous de rectifier et d’être prêts pour ça. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Sébastien Chabard
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?