Gabin Villière, ailier triple dose

  • Gabin Villière (France).
    Gabin Villière (France). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

L’ailier sera certainement le seul à se souvenir de ce match contre l’Italie dans les années futures. En effet, le Toulonnais a inscrit un triplé, son premier en Bleu.

Avant ce Tournoi des 6 Nations, l’ailier de Toulon Gabin Villière s’en excusait presque dans nos colonnes : « Je suis conscient d’être atypique et ça me va bien. Je sais bien que je ne suis pas le meilleur marqueur du championnat et je ne mets pas des « cad-deb » à tous les matchs. »

C’était son analyse ce vendredi. Gabin Villière a donc menti et les Bleus l’en remercient. En effet, l’ancien septiste a réussi un triplé face à l’Italie, avec notamment un petit bijou en plat principal puisque, au soutien du percutant Grégory Alldritt, l’ailier du XV de France, venu se proposer à la bordure d’un ruck dans un style bien à lui, s’est joué des derniers défenseurs transalpins avec un numéro de funambule et un « cad-deb » sorti de nulle part. Un essai de soliste et deux autres où l’ailier a parfaitement joué son rôle de finisseur, pointant en coin sur deux situations où le décalage était fait avant que la balle ne lui parvienne. C’était certes moins spectaculaire mais ce triplé est venu récompensé toute l’énergie dépensée par le Toulonnais, véritable électron libre dans cette ligne d’attaque tricolore, capable d’initier un contre ruck gagnant en début de seconde période ou de venir porter le soutien au centre du terrain.

« Sur l’engagement et le combat, on ne peut rien me reprocher, se défendait-il avant la rencontre, J’essaye d’apporter à l’équipe en amenant mes propres qualités. Je sais que l’on considère que le travail numéro un d’un ailier est de finir les coups et je ne le néglige pas. J’ai aussi envie de marquer. C’est important pour le collectif que je remplisse cette partie du boulot. » Des déclarations quasiment prémonitoires 48 heures avant de réaliser un triplé au Stade de France pour porter des Bleus un peu timorés dans leurs élans offensifs.
 

Dans les pas de Vincent Clerc

Il a donc secoué une attaque tricolore parfois poussive, n’affichant pas la même maîtrise que celle des Irlandais la veille. Gabin Villière a donc terminé cette rencontre avec des statistiques. impressionnantes. Il est le trois-quarts qui a effectué le plus de courses ballon en main (13), et seul l’omniprésent Grégory Alldritt a fait mieux. Il a surtout parcouru 88 mètres ballon en main, cassant à trois reprises la ligne défensive italienne et battant cinq défenseurs. On pouvait seulement regretter les deux pénalités qu’il a concédées, mais elles peuvent être mises sur le compte de l’engagement sans faille du Toulonnais.

Certains pourraient aussi chercher à dévaloriser cette performance en raison de l’adversaire. Les conditions ne jouaient pas en faveur des ailiers et que les Français ne se sont pas lancés dans une orgie de jeu. Il convient aussi de se souvenir qu’il fallait remonter à 2008 pour trouver un triplé tricolore dans le Tournoi des 6 Nations. C’était le Toulousain Vincent Clerc qui avait réussi cet exploit face à l’Irlande. Un adversaire qui vient à Paris samedi prochain. Gabin Villière sera aussi de la partie.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?