Saint-André : « Les Irlandais sont meilleurs sans Sexton »

  • Sexton face au pays de Galles
    Sexton face au pays de Galles PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport
Publié le

Selon le directeur du rugby de Montpellier et ancien sélectionneur du XV de France, l’Irlande a su faire évoluer son jeu, sous l’influence d’Andy Farrell mais aussi grâce à l’éclosion d’une nouvelle génération de joueurs.

Quel est votre avis après ce premier match du XV de France ?

J’ai trouvé que les Français n’avaient pas paniqué car cette jeune équipe italienne a joué crânement sa chance, a cherché à mettre, notamment en début de match, énormément d’intensité. Les conditions climatiques étaient difficiles, les Français étaient plus pénalisés que d’habitude mais je crois qu’ils sentaient qu’ils pouvaient avoir la main mise sur ce match une fois la débauche d’énergie des Italiens passée. Les Bleus sont en confiance et cela se voit, à l’image de l’essai en fin de première mi-temps de Gabin Villière. Sur une pénalité, ils ne prennent pas les points, ils vont en touche. Il y a à nouveau pénalité sur le ballon porté qui suit mais ils jouent l’avantage et marquent sur les extérieurs. Dans le quinze de départ, Fabien Galthié avait choisi de reconduire dans ses grandes largeurs les vainqueurs des All Blacks. Tu sens que cette victoire a donné de la bonne confiance à ce groupe, qui est conscient de ses forces, et capable de remporter le match avec le bonus offensif, en étant juste propre. Une entrée en matière sérieuse qui augure d’un bon match samedi prochain face aux Irlandais.

Peut-on être optimiste pour ce choc face aux Irlandais, qui est peut-être déjà une petite finale ?

Sur le rugby pratiqué sur cette première journée et à l’automne, ce sont les deux meilleures équipes de la compétition qui vont s’affronter. Toutes les deux ont de réelles convictions sur le fonds de jeu, la précision de leurs gestes alors que les Anglais ont rajeuni leur équipe et se cherchent quelque peu, les Gallois sont handicapés par les blessés. Les Ecossais ont impressionné à Murrayfield face au XV de la Rose mais sur une longueur de Tournoi, ils n’ont pas la profondeur d’effectif de la France et de l’Irlande. Du coup, je pense que l’on va voir un match de très haut niveau samedi prochain au Stade de France.

Cela reste les deux dernières équipes qui ont fait tomber les All Blacks en novembre dernier ?

Tout à fait et ce n’est jamais anodin. Quand tu es capable de les battre, cela veut dire que, premièrement, tu es efficace en conquête mais aussi, que tu est capable de tenir un match à haute intensité durant quatre-vingts minutes. Les Irlandais qui avaient une stratégie différente des Français, avaient fait énormément mal aux All Blacks par leur capacité à avoir de très longues périodes de possession. Comme beaucoup d’équipes, les Néo-Zélandais n’aiment pas défendre durant longtemps.

Quels sont les points forts de l’équipe d’Irlande ?

Déjà, leur habitude de jouer ensemble, sur le match d’hier, il y avait treize des quinze titulaires qui venaient du Leinster. Les Irlandais se préparent spécialement pour le Tournoi avec un gros travail en amont. Ils jouent moins de rencontres que les Français, ils se contentent de la Coupe d’Europe et du Tournoi. Et puis, depuis 10-12 ans, leur politique de formation porte ses fruits, il faut le reconnaître. Leur vivier s’est sacrément agrandi. Après, ils ont cette discipline pour répéter les schémas de jeu comme lors des entraînements. On sent une certaine patte et connivence entre les techniciens anglais Stuart Lancaster qui travaille au Leinster et Andy Farrell, le sélectionneur de l’Irlande. Ces deux équipes sont capables de faire la passe supplémentaire ou une passe après contact et ne plus chercher la collision à chaque fois avec un passage par le sol.

Ne sont-ils pas dépendants des performances de Jonathan Sexton ?

De moins en moins je trouve. D’ailleurs, pour être honnête, ils sont peut-être meilleurs sans lui. J’apprécie Ross Byrne, capable de choses exceptionnelles. Oui, Sexton est une telle icone, qu’il reste titulaire, mais Byrne qui joue plus que lui cette saison au Leinster s’affirme. Ils ont une nouvelle génération qui pointe son nez, qui est intéressante. Attention, car ils ont conservé un vrai point fort, c’est leur force dans les duels aériens. Le trio Villière-Jaminet-Penaud, s’il est reconduit, aura un gros travail dans ce secteur et je crois que ce sera l’une des clefs du match.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pierre-Laurent GOU
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?