L’ouvreur irlandais joue à cache-cache

  • L’ouvreur irlandais joue à cache-cache


Photo by Icon Sport
    L’ouvreur irlandais joue à cache-cache Photo by Icon Sport Sportsfile / Icon Sport - Sportsfile / Icon Sport
Publié le

Les Irlandais ont débousollé les Gallois grâce à une animation offensive parfaitement huilée autour de leur ouvreur, qui joue à cache-cache avec les défenseurs adverses pour mieux surgir. En l’absence de Jonathan Sexton, c’est Joey Carbery qui aura ce rôle.

Les Irlandais ont récité leur rugby à la perfection face au pays de Galles, avec un chef d’orchestre au sommet de son art. Jonathan Sexton, 36 ans, a réalisé un très grand match en ouverture du Tournoi des 6 Nations, dans un système de jeu qu’il maîtrise sur le bout des doigts. Un système qui lui permet surtout de jouer à cache-cache cache avec les défenseurs adverses. Son absence est-elle un avantage pour les tricolores ? Rien n’est moins sûr car tous les ouvreurs du XV du Trèfle peuvent réciter la même prestation, à l’image de Joey Carbery lors de son entrée en jeu.

Comment joue le numéro dix irlandais ? Il n’est que très rarement servi par son demi de mêlée. Les deux centres irlandais Bundee Aki et Garry Ringrose sont le plus souvent utilisés en premiers attaquants. C’est aussi le cas du talonneur Ronan Kelleher, notamment après touche. Mais malgré la puissance de ces trois joueurs et la présence à leurs côtés de deux soutiens, concentrant ainsi une bonne partie du premier rideau défensif adverse, l’Irlande ne cherche pas alors l’affrontement direct et retrouve une deuxième structure de jeu située dans leur dos avec leur ouvreur. Ce dernier se présente alors avec trois, voire quatre solutions autour de lui. Ces soutiens ne sont jamais très loin du demi d’ouverture qui ne doit réaliser que des passes courtes, permettant ainsi un maximum de précision dans le jeu irlandais et imprimant une vitesse à l’attaque qui n’est jamais freiné par des longues transmissions où le timing est bien plus difficile à maintenir. Après la mise en action de ses deux structures, qui peuvent même en cacher une troisième quand Sexton ou Carbery choisissent de redoubler au milieu du terrain tout en étant bien protégés, l’Irlande parvient à dégager beaucoup d’espace sur les extérieurs.

L’ailier Andrew Conway, auteur d’un doublé, peut en témoigner alors que son alter ego sur l’aile gauche Mack Hansen est le joueur qui a gagné le plus de mètres ballons en main lors de la première journée du Tournoi des 6 Nations. On pourrait alors penser que l’ouvreur n’est là que pour servir les plats en choisissant le soutien le plus opportun en fonction de la situation. Il n’en est rien puisque face aux Gallois, Sexton a aussi agressé le rideau défensif gallois avec énormément de réussite puisqu’il a réussi à casser cinq plaquages. C’est tout simplement phénoménal pour un ouvreur et la comparaison avec les autres numéros dix lors de la première journée du Tounoi est impressionnante. Si l’Anglais Marcus Smith a cassé un plaquage, Romain Ntamack, Paolo Garbisi et Finn Russell et Dan Biggar n’en ont pas réussi un seul. Un seul joueur à fait mieux que Jonathan Sexton, Il s’agit de l’ailier écossais Darcy Graham alors que Damian Penaud et Gabin Villière sont aussi crédités de cinq plaquages cassés. L’ouvreur irlandais affiche donc une statistique similaire à celle des ailiers. Mais il bénéficie encore une fois de l’incertitude générée par les soutiens qui gravitent autour de lui, ce qui lui permet de jouer plus facilement des situations de un contre un face à un adversaire surpris par son initiative.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Nicolas AUGOT
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?