Top 14 - Le comble de l'ironie pour la Section paloise

  • Antoine Hastoy (Section paloise) inscrit un essai contre le Racing 92
    Antoine Hastoy (Section paloise) inscrit un essai contre le Racing 92 Icon Sport
Publié le , mis à jour

Les Béarnais ont perdu avec le bonus offensif. Un revers frustrant dû en partie à la faillite inhabituelle de Hastoy au pied. Deux paradoxes déroutants. Qui placent la Section dans une position délicate.

« Je ne sais pas si l'on a un point. Ah oui ? D'accord... » Le coup de sifflet final a retenti depuis quelques instants. Encore étourdi, Antoine Hastoy, désigné volontaire pour réagir à la caméra de Canal +, ne sait plus où donner de la tête.

L'ouvreur et ses partenaires sont passés par tous les états, samedi, dans l'antre du Racing 92. La Section a tout d'abord été dépassée par le Racing 92 (10-0, 15e) ; puis elle est devenue euphorique pour s'ouvrir la voie d'un succès (10-17, 23e) ; elle a ensuite entrevu un match nul à trois points (29-29, 68e), un improbable double bonus (32-29, 73e) avant de devoir se contenter d'un simple bonus (35-29, 79e)... offensif. Le premier de la saison.

Cette performance paradoxale vient adoucir la légitime déception du jour. Si les Palois peuvent se targuer d'avoir rivalisé avec un candidat assumé à la qualification sur sa pelouse, le scénario de cette partie leur laissera des regrets.

"Je suis déçu, surtout de moi »

L'inhabituel manque de réussite d'Antoine Hastoy au pied aura été préjudiciable. Avec quatre échecs, l'ouvreur, crédité de 88 % d'efficacité dans l'exercice avant cette rencontre, a égaré de précieux points en route : « Je suis déçu, surtout de moi, reconnaît l'intéressé. Je ne récompense pas le travail de l'équipe. Je suis frustré de ça, car l'investissement était top. On doit faire mieux. C'est en partie à cause de moi. » Avec neuf points en plus, la Section l'aurait-elle emporté ? C'est fort probable même si la touche, avec six ballons perdus, a aussi coûté cher...

Du côté du Hameau, personne n'en tiendra rigueur à l'ouvreur, si souvent homme providentiel. Mais les intentions de jeu et la justesse technique du jour, côté palois, auraient mérité mieux. Comme à Montpellier sept jours plus tôt. « Dans le contenu, c'est très bien, reprend l'international. On avait parlé des déplacements qui étaient nos points faibles, nous avons montré un autre visage, il faut s'en servir pour les réceptions à venir. »

Autre paradoxe de ce week-end dans les Hauts-de-Seine : après leur prestation la plus accomplie à l'extérieur - mise à part le déplacement à Aimé-Giral chez un promu en toute petite forme, les hommes de Sébastien Piqueronies sont rattrapés par le spectre de la lutte pour le maintien.

Avec les victoires conjuguées de Brive et Toulon dans le même temps, ils ne disposent plus que de six points d'avance sur le RCT, provisoire treizième avec deux matchs en moins. La venue de Toulouse ce samedi au Hameau opposera deux équipes confrontées à un même impératif de succès. Ca promet !

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?