Quelles options pour remplacer Villière contre l'Écosse ?

  • Pour le déplacement à Murrayfield. Deux options pour le remplacer s’offrent à Fabien Galthié...
    Pour le déplacement à Murrayfield. Deux options pour le remplacer s’offrent à Fabien Galthié... Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Pour le déplacement à Murrayfield. Deux options pour le remplacer s’offrent à Fabien Galthié...

Il fut l’un des hommes de base du début du Tournoi, auteur d’un triplé contre l’Italie et principal « animateur de la guerre » contre l’Irlande dans son style si particulier, qui fait pratiquement de lui un quatrième troisième ligne. Sauf que, victime d’une fracture du sinus, Gabin Villière ne pourra malheureusement pas participer au déplacement du Murrayfield. Partant de tous ces constats, il semble plus difficile que jamais pour Fabien Galthié de remplacer l’ailier du RCT, qu’a d’ailleurs effectué le choix tout sauf anodin de ne pas convoquer Teddy Thomas, aux qualités pratiquement opposées à celles de Villière. De fait sur le papier, trois noms d’ailier ont été couchés : Mathis Lebel, Aymeric Luc et Donovan Taofifenua. Autant d’options crédibles pour débuter en Ecosse ? Pas forcément. On se souvient en effet que dans le même contexte voilà deux ans, les Bleus avaient été pris au piège d’un contexte émotionnel particulièrement chargé. Un écueil dans lequel ils semblent désireux de ne plus tomber, et qui paraît éliminer de fait les novices que demeure Aymeric Luc, dont le profil semblent celui d’un parfait « partenaire d’entraînement » à l’instant T.

Les risques de l’inexpérience

Faut-il pour autant conclure que le choix de Galthié se portera sur Mathis Lebel, qui a honoré ses premières sélections à l’automne ? Pas si sûr, non plus… D’abord parce que, si le Toulousain partait avec une longueur d’avance en novembre (titularisé pour le deuxième match de la tournée automnale face à la Géorgie), celui-ci avait il avait rendu une copie neutre, pas suffisante pour espérer bousculer la hiérarchie. D’autant que, ces derniers mois, il est apparu plus en retrait en club par rapport à ce qu’il avait réalisé lors du précédent exercice. Vendredi dernier contre le Stade français, il n’a inscrit que son deuxième essai de la saison… Pour Donovan Taofifenua, le bilan est assez semblable, avec seulement trois essais au compteur en seize apparitions. Mais, après une deuxième partie d’année 2021 décevante, le Racingman semble retrouver du rythme. Assez pour en faire un candidat légitime sur une aile du XV de France à Murrayfield ? Ce serait tout de même une surprise de le lancer dans le grand bain international au cœur d’un tel contexte.

Fickou, encore pompier de service ?

Voilà pourquoi, au vu de l’expérience toute relative des deux hommes, Fabien Galthié pourrait être incité (ainsi qu’il l’a déjà fait pour la victoire à Cardiff en 2019) à décaler de nouveau l’expérimenté Gaël Fickou sur une aile. La porte semblant ainsi grande ouverte à un retour de Virimi Vakatawa, qui a pu faire le plein de fraîcheur depuis plusieurs semaines. La principale inconnue dans cette configuration résidant dans le degré de confiance actuel du Racingman, qui semble quelque peu ébranlé depuis quelques mois. Un pari, donc ? Certes. Sauf qu’en l’état actuel des choses, l’enjeu pour le staff des Bleus consiste à effectuer le pari le moins risqué. Alors, Lebel à l’aile ou Vakatawa au centre ? Si la question pourrait n’être tranchée qu’au vu des entraînements du début de semaine prochaine, il semble qu’au nom de la sacro-sainte expérience collective, la cote du Racingman semble un peu plus élevée que celle du Toulousain…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?