TOP 14 - Union Bordeaux-Bègles - Racing 92 : une bataille des airs qui promet

  • Les Bordelais de Thomas Jolmes régnent sur les airs, comme ici face à Toulon. Photo Icon Sport
    Les Bordelais de Thomas Jolmes régnent sur les airs, comme ici face à Toulon. Photo Icon Sport
Publié le

Face à la touche la plus dangereuse du Top 14, les bordelais se préparent à livrer une jolie bataille aérienne.

Revoilà un Bordeaux-Racing, affiche du dimanche soir, dans un contexte nouveau, presque le monde à l’envers quand on y pense bien. Désormais, c’est l’UBB qui envoie le plus de joueurs sous le maillot national pour le Tournoi : quatre contre un. Maxime Lucu, Matthieu Jalibert, Cameron Woki, et Yoram Moefana d’un côté. Seulement Gaël Fickou de l’autre (on cite ici les joueurs "protégés" pour ce dimanche, Jalibert l’aurait été sans doute sans sa blessure).

Une différence qui jouera sur le rapport de force, forcément, dans un duel que les Bordelais avaient largement gagné à l’aller à la DéfenseArena après un match assez extraordinaire dans le sillage d’un Cordero et d’un Woki des grands jours.

En se penchant sur le cas du Racing, on ne peut pas ne pas remarquer une paire d’atouts maîtres. Une discipline terrible (seules deux pénalités concédées lors de la dernière journée) et surtout une touche impériale. L’entraîneur de Pau l’a qualifiée de meilleure touche d’Europe. "Oui, ils ont une bonne touche, nous aussi", a expliqué Christophe Urios, laconique.

L’entraîneur aura une "semaine longue" pour travailler, genre de situation qu’il affectionne. Et on imagine tout le travail de Julien Laïrle, pour peaufiner les combinaisons et disséquer celles de l’adversaire. Il le faudra parce qu’on a remarqué que Bordeaux sera privé de deux éléments clés du jeu aérien : Guido Petti d’abord est touché à un ménisque. On n’attend pas son retour avant le mois de mars. L’Argentin est un spécialiste reconnu de la touche, l’un des meneurs bordelais en la matière. Cameron Woki non plus ne sera pas de la partie pour la plus noble des raisons. Pas la peine de faire un dessin sur ce qu’il apporte dans le jeu aérien.

Petit match dans le match

Mine de rien, le défi sera rude pour les Bordelais, on suppose qu’Alexandre Roumat sera doublement sollicité pour apporter sa science en la matière. Il est rompu au rôle de capitaine de touche.

La lutte des alignements, avec les ballets des blocs de sauts et des leurres en tous genres est une friandise dont on ne se lasse pas. Ce sera un match dans le match, un défi à relever que nous observerons avec intérêt.

Mais la semaine dernière, malgré ces mêmes absences, l’UBB a réussi à piquer sept ballons aux sauteurs toulonnais. L’arsenal bordelais n’est pas si vide, même si Christophe Urios ne se montrait pas satisfait de la production à Mayol. c’est vrai, le contre y fut superbe, la rampe de lancement un peu moins.

La bataille des airs fera donc le sel de cet UBB-Racing, genre d’affiche qu’on pourrait retrouver au printemps, aussi bien en Top 14 qu’en Coupe d’Europe.

Christophe Urios : "Ce sera difficile, ils seront revanchards puisqu’on les a battus chez eux à l’aller. Revanchards parce qu’il y avait eu des paroles. je sais comment ils vont se préparer, j’ai trop d’expérience pour ne pas savoir comment ça fonctionne. Et puis, ils ont besoin de prendre des points par rapport à leur tableau de marche. je pense qu’ils ont décidé de gagner chez nous. Mais nous serons prêts dimanche à 21 h 05. On a perdu à Toulon. On a pris un point de bonus défensif, ce qui est déjà bien, mais au vu du match, on aurait pu faire mieux. C’est évident que c’est plus facile de relancer les joueurs après une défaite. Mais cette saison on a prouvé qu’on était capable de soutenir la pression, de maintenir l’avancée, même après avoir gagné. C’est quand même la qualité de mon groupe de remettre le bleu de chauffe et de repartir au combat." Et le pilier Thierry Paiva de conclure : "Tous les week-ends les adversaires sont énervés. Toulon était très énervé, le Racing va venir énervé. toutes les équipes vont l’être. Mais nous, on a perdu, on va l’être aussi."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?