Pro D2 - Narbonne remporte le match de la peur et respire encore

  • Une victoire synonyme d’espoir pour Maraku et ses coéquipiers qui ont encore failli laisser filer la victoire dans le money time. Photo S. Biscaye
    Une victoire synonyme d’espoir pour Maraku et ses coéquipiers qui ont encore failli laisser filer la victoire dans le money time. Photo S. Biscaye Midi Olympique - Stéphanie Biscaye
Publié le

En l’absence de nombreux joueurs cadres et dans une fin de match irrespirable, les Narbonnais se sont offert une victoire précieuse dans leur lutte pour le maintien.

C’est sans doute là où on les attendait le moins qu’ils ont été les meilleurs. Malgré les blessures en première ligne privant le Racing Club narbonnais de ses habituels titulaires, les avants ont été précieux dans la victoire audoise. Pour sa deuxième titularisation, Matthieu Loudet a montré qu’il pouvait être plus qu’un numéro trois, intraitable en mêlée notamment à l’instar de ses coéquipiers : « Mathieu est là grosse satisfaction de la soirée. C’est un garçon qui travaille dur, quelqu’un qui avait besoin qu’on lui donne sa chance. Il a été à la hauteur de ce que l’on attendait de lui. Je suis à moitié étonné de sa prestation, il confirme et il prouve qu’il peut se mettre au niveau de cette équipe », assurait Sébastien Logerot, entraîneur de la défense du RCN. Si le pilier droit symbolise en quelque sorte les ressources que ces Narbonnais ont encore en stock, à gauche Jules Martinez a aussi fait parler sa puissance puisqu’il ne lui aura fallu que trois minutes pour inscrire le premier essai des siens. D’entrée de jeu le ton était donné et les Narbonnais avaient fait comprendre aux Bressans qu’ils ne repartiraient pas aussi facilement avec les points de la victoire qu’ils étaient venus chercher.

La première ligne et l’ensemble des avants ont rempli leur part du contrat vendredi soir, mais il y en a deux autres qui ont marqué les esprits. Taulagi et Maraku étaient associés pour la première fois de la saison au centre. Pari gagnant pour le staff audois, à l’image de l’essai de l’ancien baby black à la 27e minute de jeu qui a littéralement déposé la défense de Bourg-en-Bresse pour aller inscrire son deuxième essai sous les couleurs du RCN. Taulagi, de son côté, a été impeccable offensivement et n’a eu de cesse de mettre son équipe dans l’avancée à chaque ballon qui lui passait entre les mains. Les quelques changements découlant d’une infirmerie un peu trop remplie ont donc été fructueux pour le Racing.

En demi-teinte avant Nevers

Si les Narbonnais ont joué libérés avec de superbes actions collectives, il n’en reste pas moins que cette fin de match ressemblait indéniablement aux autres. Les hommes de Julien Seron ont pourtant tenu ce match de bout en bout mais se sont encore mis en danger dans les dernières minutes de jeu : « On est abonné à se faire peur. Cette fois, cela nous sourit mais il va falloir régler la mire », expliquait Boris Goutard, arrière du RCN. Un problème récurrent pour les Audois qui ont donc offert le bonus défensif aux Bressans qui, fidèles à eux-mêmes, n’ont jamais rien lâché. « La victoire était impérative puisque c’était une question de survie mais on se fait des frayeurs sur les cinq dernières minutes. Le fait qu’ils prennent un point ici rend la victoire un peu plus amère. Il nous reste encore des matchs a joué pour assurer le maintien mais forcément, on leur a laissé un point qui peut être important en fin de saison. Maintenant, place au déplacement à Nevers qui arrive tôt, puisque c’est jeudi. Nevers est une équipe redoutable au Pré-Fleuri mais on va essayer de donner tout ce que l’on a pour les faire douter au maximum », ajoutait Sébastien Logerot. Un déplacement qui sera loin d’être simple pour finir le bloc, malgré les espoirs et la confiance acquise avec ce succès.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Manon MOREAU
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?