Pro D2 - Bayonne en quête de plénitude avant d’aller à Mont-de-Marsan

  • Après leur large victoire face à Oyonnax, les Bayonnais de Shaun Venter reçoivent le leader Mont-de-Marsan. Pour conserver leur deuxième place les Basques doivent impérativement l’emporter. Photo Icon Sport
    Après leur large victoire face à Oyonnax, les Bayonnais de Shaun Venter reçoivent le leader Mont-de-Marsan. Pour conserver leur deuxième place les Basques doivent impérativement l’emporter. Photo Icon Sport Icon Sport - Icon Sport
Publié le

L'Aviron se rend à Mont-de-Marsan vendredi. Un rendez-vous qui aura des conséquences sur la dernière ligne droite. Bayonne aura deux adversaires, le leader… et lui-même.

Bayonne à la croisée des chemins, encore à la recherche de la meilleure formule. Après leur succès retentissant face à Oyonnax, les Basques se rendent chez le leader. Vu leur inconstance, seront-ils capables de réitérer le même niveau de performance ? Il faut s’attendre à tout avec eux, écrivions-nous déjà voici quelques semaines. L’interrogation est toujours d’actualité. À l’aune du dernier bloc, alors que se profilent les phases finales, ce match se présente comme une demie ou même finale comme nous le confirmait Torsten Van Jaarsveld dans l’édition de vendredi dernier. Si l’Aviron montre la même consistance que face à Oyonnax, tout dernièrement, alors le match risque d’être ouvert. « Mont-de-Marsan est une équipe performante en termes de résultats, avance Joël Rey. Ce qui m’intéresse est de savoir si on peut les déranger. On en a pris trente à la maison au match aller. Si on est inconstant, ça sera cher. Si on joue à notre niveau, ça peut être un beau match de rugby. » L’ennemi pour Bayonne est lui-même et son irrégularité. Avec des périodes bizarres qui ne se ressemblent guère. « En début de saison, on est très forts à l’extérieur, moyens à domicile, continue l’entraîneur des avants. Aujourd’hui, on fait des super matchs avec des bonus à la maison, dehors, on se trouve complet. Maintenant, il s’agit d’enchaîner deux ou trois performances d’affilée. »

Si Joël Rey évoquait le match aller lorsque Bayonne avait été corrigé avec, en plus, des Montois arrivés grimés comme des personnages de la série télévisée « la casa de papel », nulle envie pour lui de placer ce match sous le signe de la revanche. Provocation ou maladresse des Montois ? Aucune des deux hypothèses ne l’intéresse. Ce levier-là ne sera pas activé. L’heure est à la concentration sur le pré. « Honnêtement, je n’y fais aucunement attention. L’important est ce qui va arriver derrière. Pour moi, l’essentiel est d’être performant et gagner en constance. Après ça fait de l’animation pour les supporters, du grain à moudre pour les journalistes. L’objectif est d’être dans les deux et de se projeter sur les phases finales. »

Aller chercher un résultat

L’importance du résultat à Mont-de-Marsan ressurgit donc. Bayonne a surtout besoin de points pour garder la deuxième place qu’il vient de conquérir. Mont-de-Marsan compte sept points d’avance et une victoire lui permettrait sûrement de se mettre hors d’atteinte. Et d’autre part, le calendrier d’Oyonnax semble plus lisse que celui de Bayonne. D’où l’importance d’aller chercher un résultat. « Il nous faut des points pour être dans les deux, insiste le membre du staff. Dire que c’est un match à la vie à la mort, non ! Mais notre état d’esprit, notre façon de jouer seront importantes en vue des phases finales car on peut emmagasiner de la confiance ou peut-être se mettre encore un petit coup sur la tête. C’est pourquoi je préfère dire : voyons si on peut les dérégler en jouant notre jeu. Les Montois continuent dans leur logique, pour nous, ce serait se rapprocher de ce que l’on sait faire les semaines où on est bien. »

Cette longue coupure peut-elle empiéter sur l’efficacité des uns ou des autres ? Les Bayonnais après une semaine de repos ont repris l’entraînement sous forme de stage. Ils se sont retrouvés à Loudenvielle, dans les Hautes-Pyrénées, les trois premiers jours de la semaine dernière. Avec, au programme, un gros travail physique pour assurer la reprise en insistant aussi sur la cohésion. L’autre bonne nouvelle réside dans l’effectif. Les blessés retrouvent le chemin de la compétition. À l’image de Yann David, Isaia Toeava, Luc Mousset, Chris Talakai, Mattew Luamanu. Les internationaux, Guillaume Rouet, Manu Ordas, Konstantin Mikautadze, Matis Perchaud, seront également de retour. Seuls Théo Costossèque et Peyo Muscarditz, saison terminée pour les deux, sont indisponibles. Bayonne retrouve des forces qui ne seront pas inutiles pour de dernier coup de reins.

Assurément, ce rendez-vous entre les deux premiers sent bon le printemps…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Edmond LATAILLADE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?