Top 14 - La Section paloise se donne le droit de rêver

  • Bien qu’ils soient passés à côté d’un bonus offensif, Eoghan Barrett et ses coéquipiers ont ramené des points précieux pour la suite de la saison. Photo Photo Bernard
    Bien qu’ils soient passés à côté d’un bonus offensif, Eoghan Barrett et ses coéquipiers ont ramené des points précieux pour la suite de la saison. Photo Photo Bernard
Publié le

Vainqueurs à Biarritz, les Béarnais ne sont plus qu’à cinq points de la sixième place. Peuvent-ils venir se mêler à la lutte pour la qualification et créer la surprise ?

Avec dix points de retard sur la sixième place et dix d’avance sur la treizième avant la rencontre, Pau ne savait pas vraiment dans quel championnat il allait boxer sur cette fin de saison. « La bascule va se faire après le match de Biarritz », disait d’ailleurs Antoine Hastoy dans la semaine. Alors, verdict ? Vainqueur sans trembler à Biarritz, le club du Béarn a quasiment assuré son maintien, puisqu’il compte quatorze points d’avance sur l’USAP (13e), alors qu’il n’en reste plus que vingt à prendre. Et peut se mettre à rêver d’une fin de saison intéressante, même s’il lui faudra très certainement réaliser un sans-faute pour accrocher le wagon des qualifiables. « Il va falloir qu’on aille gagner à l’extérieur pour rêver un peu plus, affirmait Antoine Hastoy en salle de presse. Si on veut rêver, il faut vraiment être focus sur notre fin de championnat, afin de ne pas gâcher ce qu’on a fait jusque-là ».

La discipline à corriger

En laissant le ballon à son adversaire (seulement 36 % de possession), mais en se montrant très bon dans l’occupation au pied et en contrant parfaitement bien les Biarrots (deux essais à zéro passe en première période), Pau a réalisé le match parfait à l’extérieur. « On a su le gérer et se nourrir de leurs petites erreurs, appréciait Thomas Domingo au coup de sifflet final. Auparavant, on ne savait pas le faire. Aujourd’hui, on arrive à marquer des points grâce aux petites fautes de l’adversaire. Il faut s’en servir pour construire ».

Si la Section a réalisé une bonne opération en terre basque, elle a, en revanche, été trop sanctionnée (18 pénalités concédées) et a reçu trois cartons jaunes. « C’est le point noir, regrettait l’entraîneur des avants. On ne se facilite pas les choses avec ça. Il faut être un peu plus propre ». Cette indiscipline et l’entame de la seconde période sont d’ailleurs les deux gros points négatifs du match de Pau, qui a néanmoins enchaîné, là, un troisième succès de rang.

Petit à petit, cette Section grandit. À quatre matchs de la fin, elle a aujourd’hui quarante-neuf points au classement, soit trois de plus qu’au soir de la vingt-sixième journée, l’an passé. « Il y a eu beaucoup de changements entre-temps, que ce soit dans le staff ou au niveau des joueurs, dans la mentalité, dans la manière de travailler, notait Domingo. Ça se sent au niveau du jeu qu’on produit et de l’état d’esprit des joueurs. La Section de l’année dernière n’a plus rien à voir avec celle d’aujourd’hui. C’est un pas de fait. Désormais, il faut continuer dans cette direction .

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?