Champions Cup - Montpellier prend une option sur le quart

  • Face aux Harlequins, Cobus Reinach et ses coéquipiers se sont offert le droit de croire à une qualification en quarts de finale. Photo IconSport
    Face aux Harlequins, Cobus Reinach et ses coéquipiers se sont offert le droit de croire à une qualification en quarts de finale. Photo IconSport Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Impériaux pendant cinquante minutes, les Montpelliérains ont ensuite vu leurs adversaires revenir au score. Ce qui leur laissait quelques regrets. Mais ces 14 points d’avance restent précieux.

Dimanche, le MHR accueillait pour la première fois de son histoire un match de phase finale de Champions Cup. La météo était parfaite, le stade bien fourni, et l’adversaire superbe : rien moins que le champion d’Angleterre en titre et sa pléiade d’internationaux. Les Cistes n’avaient aucune envie de gâcher la fête. Et ils ont tenu parole. Ils ont même fait mieux pendant cinquante minutes en inscrivant pas moins de quatre essais sans encaisser le moindre point. à la 47e minute, le tableau d’affichage indiquait le score ahurissant de 34 à 0 pour les Héraultais. Un résultat somme toute logique, au vu de leur performance : car bien que privés de ballons dans les vingt premières minutes, les hommes de Paul Willemse ont superbement bien défendu. Toujours bien placés, puissants, mordants et disciplinés, ils découpaient les Harlequins qui multipliaient les fautes de main dans les 22 mètres. Des munitions relâchées avec lesquelles les Cistes faisaient feu de tout bois sur des contres assassins. L’un des plus beaux exemples serait cette séquence à la 28e minute, où l’on a vu Mercer briser deux plaquages dans ses 22 mètres puis sprinter vers le camp adverse, avant de trouver des relais avec Chalureau, Doumayrou et finalement Ngandebe qui fut stoppé à moins de dix mètres de la ligne des Quins. Deux minutes plus tard, le même Mercer s’écroulait dans l’en-but et récompensait le pilonnage des siens.

Le hic, c’est que les Montpelliérains ont ensuite baissé d’intensité et laissé leurs adversaires revenir dans la partie avec pas moins de quatre essais encaissés en deuxième mi-temps, contre un marqué : « Si je suis content ? C’est dur à dire, grimaçait l’ouvreur italien Paolo Garbisi. On a montré deux visages. On a signé 50 minutes de très haut niveau. On savait que les Harlequins jouaient beaucoup et que cela nous offrirait des opportunités sur des ballons de turnovers. Après, je ne dirais pas qu’on a lâché mais on a baissé en intensité. »

Garbisi : « Il faudra aller à Londres pour gagner »

Son manager, Philippe Saint-André, préférait positiver : « Je vais plutôt voir le verre à moitié plein que celui à moitié vide, lançait-il en guise d’introduction. C’était la première fois que l’équipe accueillait un huitième de Champions Cup, contre un le champion d’Angleterre. C’est important que le groupe vive des moments comme ça, pour son développement. Alors oui, il y a cette interception à la dernière minute (de l’ailier Louis Lynagh sur une passe de Handré Pollard, N.D.L.R.), il y a un essai un contre, un appel à la vidéo qui n’a jamais été fait sur un possible en-avant… Mais nous avons tout de même quatorze points d’avance. »

Son ouvreur, lui, estime que cet avantage reste maigre : « 14 points, ce n’est pas énorme quand on voit la qualité de l’adversaire. Chez eux, ce sera beaucoup plus dur. Il faudra aller à Londres pour gagner. Nous sommes contents du résultat mais quelque part, on sait qu’on n’a pas fini le boulot. » Certes. Mais quand on voit les résultats des autres équipes françaises qui recevaient le week-end dernier, on se dit que le MHR l’a mieux fait que d’autres. C’est toujours ça de pris.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Gratien1234 Il y a 7 mois Le 11/04/2022 à 08:47

Du soleil, du rugby, des anglais, l'âme de la coupe d'Europe est la dedans, quel match ! Bravo au MHR et aux Quins pour le jeu déployé ! ça change du SF R92 ...
Le match retour n'est pas gagné et en prendre 40 la bas n'est pas exclu si l'agressivité et la discipline n'est pas au RDV à Londres semaine prochaine !