Coupe du Monde 2023 : la poule de la mort pour les Boks

  • Coupe du Monde 2023 : la poule de la mort pour les Boks
    Coupe du Monde 2023 : la poule de la mort pour les Boks Focus Images / Icon Sport - Focus Images / Icon Sport
Publié le

Si la France peut paraître épargnée malgré un match d’ouverture on ne peut plus corsé face à la nouvelle-zélande, le 8 septembre 2023, la dixième édition de la Coupe du Monde s’annonce comme la plus imprévisible de tous les temps.

Poule A : la plus spectaculaire

C’est peu dire que le match d’ouverture de la Coupe du monde entre la France et la Nouvelle-Zélande fait fantasmer tout le microcosme depuis sa divulgation, au mois de février 2021. Une rencontre qui devrait donner le ton de toute la Coupe du monde, mais surtout d’une poule qu’on attend riche en essais et en spectacle. En effet, si les deux premières places semblent sur le papier promises aux Bleus et aux Blacks, les affrontements avec les Latins que demeurent Italiens et Uruguayens devraient à n’en pas douter donner lieu à des matchs particulièrement animés et spectaculaires.

Poule B : Le groupe de la mort

Prenez les champions du monde en titre ; ajoutez-y l’une des deux meilleures sélections européennes du moment ; saupoudrez le tout d’une autre nation en plein devenir, capable dans un bon jour de battre n’importe quelle équipe. Vous obtenez là le parfait cocktail pour un groupe dit "de la mort", qui laissera forcément un gros bras du circuit mondial sur le carreau dès le premier tour… Pour son grand retour depuis 1999, la tâche de l’Espagne s’annonce particulièrement délicate, d’autant qu’il faudra composer avec un dernier adversaire (probablement le Tonga) lui aussi des plus redoutables…

Poule C : la plus indécise

Si un groupe devait faire le malheur des parieurs, on parierait nous-même notre salaire qu’il s’agirait de celui-là. En effet, les Gallois et les Wallabies auront particulièrement fort à faire face aux Fidjiens de Vern Cotter, désireux de faire oublier leur mauvaise campagne de 2019 en se qualifiant enfin pour les quarts de finale, mais aussi avec ces Géorgiens plus compétitifs que jamais, qui rêveront de piéger un présumé favori pour légitimer leurs aspirations d’intégration au Tournoi… Autant dire que si une grosse surprise devait avoir lieu lors de la phase de poules, on imagine assez aisément qu’elle pourrait se passer ici. Nombreux sont en effet ceux qui se souviennent du match d’anthologie qui opposa le pays de Galles aux Fidji à Nantes en 2007 (34-38), et verraient d’un assez bon œil l’histoire se répéter…

Poule D : la plus ouverte

Ici encore, le suspense sera de mise. Car entre une Angleterre en perte de vitesse depuis deux ans, des Japonais qui tardent à confirmer leurs belles promesses de 2019, des Pumas qui ont payé un plus lourd tribut au covid que n’importe quelle autre nation et des Samoans toujours aussi imprévisibles, on en peinerait presque à dégager un légitime favori… Alors certes, on imagine mal que le futur champion du monde puisse sortir de cette poule. Mais celle-ci n’en dégagera pas moins un intérêt phénoménal en matière de suspense, puisque toutes les sélections en lice (ou presque) semblent en mesure de battre n’importe quelle autre…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?