Oyonnax, la pression comme privilège

  • Face à Provence Rugby, les Oyonnaxiens auront l’occasion de glaner des points précieux dans leur quête de la deuxième place. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
    Face à Provence Rugby, les Oyonnaxiens auront l’occasion de glaner des points précieux dans leur quête de la deuxième place. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Le club de l’Ain aborde son duel avec Provence Rugby comme un avant-goût de la phase finale.

Ce vendredi soir, au moment du coup d’envoi de leur confrontation avec les Provençaux, les Oyomen connaîtront le résultat des Bayonnais face à Carcassonne, important dans la lutte qui oppose Basques et Aindinois pour la conquête de la deuxième place. "Nous aurons bien sûr regardé ce match" convient Yohan Le Bourhis, mais quelle qu’en soit l’issue, notre approche du match contre Provence Rugby ne sera pas modifiée. Nous sommes concentrés sur nous-mêmes. Ce serait se tromper que de nous baser sur les autres résultats". Etienne Herjean partage la même détermination, qu’il résume d’une phrase : "Nous avons besoin de points, à partir de là il sera impératif de faire un gros match". Le troisième ligne, qui quittera Oyonnax en fin de saison, poursuit "depuis le début de saison nous avons pour objectif d’aller chercher la meilleure place possible. Nous allons recevoir une équipe qui joue la qualification et il sera impératif de demeurer focalisés sur notre but. Ce match va lancer le dernier bloc et à ce titre aussi il sera très important. Nous entrons dans le Money Time".

"On sent de l’excitation dans le groupe"

Avant d’aborder l’ultime ligne droite, les Oyomen ont eu droit à une petite pause suite à leur victoire à Narbonne. "Il faudra beaucoup d’énergie dans cette fin de parcours et nous avions besoin de retrouver de la fraîcheur" confie Yohan Le Bourhis.Joe El Abd insiste lui aussi sur le bénéfice tiré de cette respiration accordée au groupe avant l’ultime ligne droite "nous entrons dans une période qui exigera de nous de donner le meilleur. Ce sera déjà le cas face à Provence Rugby puis à Aurillac. Il faudra tout donner sur ces deux matchs, livrer deux grosses performances. Nous voulons nous tester. Aujourd’hui nous savons gérer nos temps forts comme nos temps faibles, mais il y a toujours matière à progresser". Cette détermination est partagée par l’ensemble du groupe, le manager aindinois en témoigne : "Nous abordons la période décisive, celle pour laquelle nous travaillons depuis le premier jour. On sent de l’excitation dans le groupe, tout le monde à envie de jouer ce genre de match". Cette envie sera forcément rehaussée par le contexte particulier d‘une soirée qui marquera les adieux du public oyonnaxien à ceux, membres du staff ou joueurs, qui quitteront le Haut-Bugey à la fin de la saison. En ajoutant à cette forme d’émotion des enjeux sportifs évidents, l’idée d’un match sous pression ne saurait être écartée. Joe El Abd ne s’en alarme pas "la pression est un privilège ! Elle ne doit pas nous peser, il faut au contraire s’en servir pour faire encore plus. Il n’y a pas à calculer pour savoir si nous jouerons un barrage ou une demi-finale à Mathon. Il faut juste donner le meilleur, faire le maximum". À deux longueurs du début de la phase finale, Oyonnax garde le cap fixé en juillet dernier pour aller le plus loin possible.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jean-Pierre DUNAND
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?