Deuxième place : Bayonne, balle de premier set

  • Les Bayonnais doivent terminer le travail face à Rouen pour s'assurer la deuxième place.
    Les Bayonnais doivent terminer le travail face à Rouen pour s'assurer la deuxième place. Icon Sport
Publié le

Défaits à Carcassonne, les Bayonnais ont finalement gardé leur deuxième place en profitant du succès de Provence Rugby à Oyonnax. Un coup de bol qui tombe à point nommé.

Yann David, l’ex trois quarts centre du XV de France aux quatre sélections, l’avait pourtant dit dans la semaine. Il avait prévenu ses coéquipiers dans une interview accordée à Sud-Ouest : « Si on va à Carcassonne la fleur au fusil, on va se faire casser en deux. » L’Aviron Bayonnais était donc averti de la dangerosité de ce déplacement sur la pelouse d’un qualifiable (maintenant qualifié). Et pourtant, cela n’a pas suffi. À une demi-heure du coup de sifflet final et malgré une supériorité numérique qui durait depuis la 31e minute de jeu, les Bayonnais étaient menés 27 à 13.

Les Basques sont pourtant bien revenus dans la partie à l’heure de jeu grâce à un essai de Filimo Taofifenua (27-20, 60e) et dans une fin de match sous haute tension, Gaëtan Germain ramenait même les siens à quatre points (27-23, 73e). Mais l’Aviron, trop brouillon, ne parvenait pas à repasser devant. Entré en jeu quelques minutes plus tôt, Baptiste Mouchous passait un drop (30-23, 77e), puis une pénalité (33-23, 79e), pour sceller le succès audois.

L’essai de Gaëtan Germain, après la sirène (33-28), arrivait trop tard. Le stade Albert Domec pouvait laisser exploser sa joie. Les Bayonnais, eux, quittaient l’enceinte audoise en se disant qu’ils venaient de dire adieu à la deuxième place. Mais, vendredi soir, une bonne nouvelle est arrivée en provenance de l’Ain. La défaite surprise d’Oyonnax sur sa pelouse, face à Provence (16-20), alors que les "Oyomen" n’avaient perdu qu’une seule fois de la saison chez eux. Franchement, on n’aurait pas misé notre salaire sur pareil résultat…

Terminer le travail

Sauf que pour l’Aviron bayonnais, c’est le jackpot inattendu. Avec ce résultat, les hommes de Yannick Bru conservent leur deuxième place à l’approche de l’ultime journée, laquelle les verra recevoir une équipe pour le moins mobilisée, puisqu’elle jouera sa survie en Pro D2. On veut parler ici de Rouen, quatorzième provisoire, qui compte trois points d’avance sur Bourg-en-Bresse, barragiste pour l’heure. Les Rouennais débarqueront donc à Jean-Dauger avec le couteau entre les dents. Mais cette fois, les Basques vont devoir montrer qu’ils méritent la qualification directe. Laquelle leur offrirait un précieux avantage sur leurs concurrents…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Simon VALZER
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?