Roudil veut "regarder devant"

  • Eliott Roudil (Pau).
    Eliott Roudil (Pau). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

L’ailier ou arrière Elliott Roudil, souvent freiné par les blessures cette saison, veut profiter des deux dernières journées pour se projeter sur la suite. Comme son équipe.

À l’image de la Section paloise. Elliott Roudil a parfois séduit mais, au moment de franchir un cap, a souvent connu la chute ces derniers mois. "J’ai eu du mal à entrer dans cette saison, à cause de petits pépins physiques, dit-il. Cela m’arrêtait à chaque fois au bout d’un mois… Je n’ai pas pu enchaîner." En février et début mars, il a pourtant aligné les titularisations et les partitions convaincantes. "C’était une bonne période, j’étais content de mes performances. Mais j’ai encore connu un coup d’arrêt après le match contre Bordeaux-Bègles, qui m’a éloigné six ou sept semaines."

Victime d’une déchirure à l’adducteur, d’une fissure au mollet et d’une phlébite, il a de nouveau dû prendre son mal en patience. "à chaque fois, il faut se relancer, retrouver la confiance. Cela ne vient que par les bonnes prestations." De retour pour l’ultime ligne droite, il entend remettre la marche avant, même si son équipe n’a plus rien à espérer ni à craindre. Frustrant ? "Par rapport à la fin de saison dernière, où on a joué notre survie jusqu’à la dernière minute, je signe vingt fois pour celle-ci. C’était hyper stressant et j’y ai perdu beaucoup de cheveux !" Pour lui, ces deux dernières journées sont donc importantes : "Il y a eu une réelle évolution cette année et on veut devenir une équipe difficile à battre. Il n’y a aucune envie de se relâcher sur ces deux matchs. On veut continuer à avancer et progresser, en vue de la saison prochaine, pour peut-être un jour espérer se qualifier dans le top 6."

"Tant que je suis sur le terrain…"

Voilà pourquoi l’ancien Rochelais, arrivé dans le Béarn en 2020, a choisi de s’inscrire dans la durée et de prolonger jusqu’en 2024. "Je veux faire partie de la progression de ce collectif et ne plus revivre des saisons comme ma première ici, avoue-t-il. On veut regarder devant." Et se rapprocher des meilleurs. à titre personnel, lui se dit qu’il a tout pour s’épanouir dans ce club, à commencer par "un staff ouvert au dialogue et une identité forte". Aussi grâce à un effectif qui s’étoffe. "Cette saison, il y avait plus de concurrence et il a fallu travailler encore plus dur. Je sais que les dirigeants travaillent bien."

Si les blessures le laissent enfin tranquille, Roudil mettra sa polyvalence à profit pour être un élément majeur de cette ligne de trois-quarts. "Certaines années, j’ai plutôt mal vécu cette caractéristique car, pour moi, j’étais un vrai centre. Maintenant, je sais que c’est positif. Si le groupe a besoin de moi au centre, tant mieux. Si c’est à l’aile, c’est très bien aussi. Tant que je suis sur le terrain, je suis content."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?