Une fin de saison en roue libre pour Paris ?

  • Sekou Macalou (Paris).
    Sekou Macalou (Paris). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Définitivement exclus de la course à la qualification pour une place européenne sans être inquiété par le bas de tableau, les Parisiens n’ont pas d’autres ambitions que d’essayer de prendre du plaisir lors des deux dernières journées.

"Vivement que la saison se termine." Les propos sont exempts de toute ambiguïté et sont signés d’un joueur cadre du Stade français. Ces dernières semaines, l’espoir d’une éventuelle qualification pour la prochaine Champions Cup en accrochant au moins la huitième place était mince, pour ne pas dire famélique, la dernière défaite à Clermont a définitivement scellé le sort des Parisiens. Qu’importe ce qu’il se passera à La Rochelle ce week-end ou contre Brive lors de la dernière journée à Jean-Bouin, il ne peut plus rien arriver aux hommes de Gonzalo Quesada, sinon que d’achever leur saison dans le ventre (très) mou du Top 14. Triste fin.

En clair ? Entre ceux qui en profitent pour soigner les bobos, ceux qui préparent déjà leur destination estivale, ceux qui ont la tête à leur prochain club, force est de s’interroger dans quel état d’esprit les Stadistes vont bien pouvoir se présenter ce samedi sur la pelouse de Deflandre. "Évidemment, la situation n’est pas simple à gérer, répond le manager Gonzalo Quesada. D’abord, parce que l’infirmerie est pleine. Ensuite, en raison de la situation. Dans le sport professionnel, les joueurs se nourrissent d’objectifs. C’est ce qui les fait avancer. Mais j’ai senti que les joueurs avaient envie de finir sur une bonne note, notamment ceux qui vont nous quitter. Mais aussi ceux qui restent avec nous l’an prochain. Ceux-là savent que nous avons besoin de poursuivre la construction de notre état d’esprit. Et ces deux derniers rendez-vous peuvent beaucoup nous apporter. "

Dans cette perspective, le technicien argentin et son staff ont misé sur la fraîcheur. Sitôt le revers face à l’ASM consommé, l’ensemble de l’effectif s’est vu accorder une semaine de congé. Un repos nécessaire tant pour les corps que pour les têtes. Nombreux étaient les joueurs lassés par cette accumulation de déconvenues. Quesada en convient : "Ce match contre Clermont, c’est un peu le reflet de notre saison : une première mi-temps où l’on passe à côté et ensuite de gros efforts pour inscrire 21 points consécutifs, reprendre l’avantage au score, pour finalement céder dans les derniers instants sur une énième erreur de défense." Et d’ajouter dans un long souffle teinté de lucidité : "Voilà pourquoi notre saison est vraiment très moyenne. "

Il n’empêche. Il reste deux rencontres au Stade français pour montrer son meilleur visage. Deux rencontres sans aucun autre enjeu que de prendre du plaisir. Sans stress, ni pression. Et ça débute samedi face au finaliste de la Champions Cup.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?