Top 14 - Anthony Bouthier (Montpellier), profession « déjoueur »

  • Au moment où on l'attendait peut-être le moins, l'arrière du MHR a réussi à rebondir et à revenir encore plus fort pour décrocher le bouclier de Brennus.
    Au moment où on l'attendait peut-être le moins, l'arrière du MHR a réussi à rebondir et à revenir encore plus fort pour décrocher le bouclier de Brennus. Icon Sport
Publié le

En 2019, Anthony Bouthier avait surpris la France du rugby par sa progression éclair. Trois ans après, il a encore étonné les observateurs par son superbe rebond. 

« On a déjoué les pronostics. » Samedi soir, Anthony Bouthier a asséné cette phrase comme tant d'autres de ses coéquipiers, vexés par les commentaires et prédictions de la semaine. Mais dans sa bouche, ces mots avaient une tout autre résonance. Car, en matière de surprises et de contre-pied, l'arrière fait figure de grand spécialiste.

En 2019, il avait épaté la France du rugby par son ascension supersonique, en passant, en l'espace de six mois, du Pro D2 au XV de France. Souvenez-vous de son coup de pied incroyable face à l'Angleterre et de son essai opportuniste au pays de Galles... Trois ans après cette spectaculaire progression, le natif de Pouillon a réalisé une performance peut-être encore plus forte : au moment où on l'attendait peut-être le moins, il a réussi à rebondir et à revenir encore plus fort pour décrocher le bouclier de Brennus. Se révéler est une chose. Se relever en est une autre.

De là à redevenir international ?

Perdu de vue dans l'ombre des Jaminet, Ramos, Dulin et autre Buros, passés devant dans la hiérarchie tricolore, l'ancien Vannetais s'est rappelé au souvenir des observateurs au fil de cette saison. Véritable taulier du MHR avec vingt-quatre rencontres disputées en vingt-six journées, l'international aux six capes a haussé son niveau de performance en phase finale pour finir par livrer une performance de tout premier plan.

À l’exception d'une chandelle cafouillée, le trentenaire a tout réussi, vendredi soir : d'entrée, il a soulagé les siens par la longueur de son jeu au pied, il a conclu une merveille de combinaison avec Arthur Vincent, il a intercepté deux ballons bouillants d'attaque castrais, a effectué un retour décisif sur Thomas Combezou en début de seconde période...

À 30 ans, Anthony Bouthier compte parmi les arrières les plus complets de l'élite. Avec treize franchissements, quarante-quatre défenseurs battus et une multitude de jeux au pied positifs, il l'avait démontré au long de cette saison. Le prouver au Stade de France, le jour J, sous la pression d'une équipe ayant déstabilisé plus d'un numéro 15 ces derniers mois, est un acte fort.

Ses 75 mètres parcourus balle en main, ses deux franchissements et ses cinq défenseurs battus sont autant de prouesses dans ce contexte. A Saint-Denis, Anthony Bouthier a produit une performance de niveau international. Le redeviendra-t-il pour autant ? Rien n'est moins sûr mais elle aura en tout cas permis au Landais de décrocher le plus beau des titres. Et on jurerait qu'il n'échangerait pas cet honneur contre quelques sélections de plus...

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?