Houston, terre de promotions

  • Houston, terre de promotions
    Houston, terre de promotions Midi Olympique/Patrick Derewiany - Midi Olympique/Patrick Derewiany
Publié le

À l’image du XV de France, pour cette tournée aux États-Unis, les Baa-Baas font la part belle à des joueurs qui évoluaient en Pro D2 cette saison, et même en Nationale pour Jimi Maximin.

Les Barbarians version 2022, ce sont d’illustres internationaux (Trinh-Duc, Picamoles, Poirot ou Chouly comme 24e homme). Mais ce sont aussi des noms moins clinquants et des joueurs plus anonymes. Sur les vingt-trois hommes retenus par le manager Denis Charvet, trois évoluaient en Pro D2 cette saison : William Wavrin (Mont-de-Marsan), Samuel Marques (Carcassonne) et Raphaël Lagarde (Agen). Le deuxième ligne Jimi Maximin, qui appartient à Pau, était même prêté à Tarbes en Nationale. Charvet raconte : "Sébastien Piqueronies m’a dit : "Tu vois, j’en ai un qui revient de Tarbes, prends-le." Le mec est un colosse et on le fait démarrer le match. Il n’y a aucun préjugé. Il a joué toute la saison en Nationale et va se retrouver face aux Américains. C’est un gros test mais c’est surtout un cadeau." Un cadeau pour Wavrin également, qui, à 31 ans, sort d’une folle saison avec l’équipe montoise et prolonge le plaisir. "Être appelé avec les Baa-Baas, c’est la cerise sur le gâteau, dit-il. C’était totalement inattendu mais j’en suis très fier. Je vais disputer mon premier match international à XV et beaucoup aimeraient être à ma place." Denis Charvet explique : "Tastet et Milhet, qui l’ont sous leurs ordres en club, m’ont dit : "Prends-le, il est exemplaire." Il faut mettre en avant l’exemplarité. Je n’ai pas hésité."

"Un championnat qui se densifie"

Comme Fabien Galthié le fait avec le XV de France, les Barbarians piochent donc désormais dans l’antichambre de l’élite pour donner leurs chances à ceux qui le méritent. Une manière de souligner combien ce vivier est aujourd’hui précieux dans le rugby français. "Auparavant, le championnat de Pro D2 n’avait pas un niveau aussi élevé, note Charvet. Aujourd’hui, j’essaye de plus en plus d’aller y puiser des joueurs." Une forme de logique et de récompense. "C’est un championnat qui, chaque saison, se densifie et devient de plus en plus dur, affirme Wavrin. Il y a de nombreux joueurs talentueux et des jeunes qui feront le bonheur du Top 14 sans tarder. Il y a aussi d’autres mecs habitués au Top 14 qui viennent finir dans cette division." Et les Baa-Baas sont encore l’illustration de ces propos. Le trois-quarts centre Pierre Aguillon (35 ans et plus de 160 matchs de Top 14 au compteur) s’est engagé en faveur de Carcassonne, quand l’ailier Adrien Lapègue (23 ans) va quitter le Stade français pour rejoindre Provence Rugby. Tous deux seront titulaires dans la ligne d’attaque ce vendredi soir. Un dernier symbole ? Tous sont menés cette semaine à Houston par Christian Labit, le manager qui fait des miracles depuis des années à Carcassonne malgré le plus petit budget de Pro D2. Le capitaine Romain Sazy, qui a fait ses armes dans cette division avant d’être aujourd’hui champion d’Europe avec La Rochelle, le sait mieux que personne : "Tout ceci nous offre un joli mélange."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?