Test match - Sekou Macalou (XV de France), cet athlète polymorphe

  • Lors du premier test, Sekou Macalou est rentré à l‘aile, décalant Damian Penaud au centre.
    Lors du premier test, Sekou Macalou est rentré à l‘aile, décalant Damian Penaud au centre. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Macalou ailier ? Au fil des semaines, ce que l’on considérait il y a peu comme une impossibilité tend aujourd’hui à prouver son utilité. Voici pourquoi...

Les Bleus appellent ça un « scénario ». Au beau milieu d’un entraînement, le jeu s’arrête, Fabien Galthié ou l’un de ses adjoints (Laurent Labit, Karim Ghezal ou William Servat) hurle « scénario ! » au milieu du terrain et soudain, les Tricolores se placent alors dans une configuration nouvelle, inattendue, supposément dangereuse pour leur équilibre mais bel et bien envisageable, au cours d’un match. « Au fil de la semaine, disait récemment Galthié, on s’entraîne à modifier l’équipe et à essayer de toucher toutes les éventualités possibles. » Les « éventualités » évoquées par le sélectionneur national peuvent concerner un blessé, un carton jaune ou pire, une exclusion définitive, comme cela se produisit pour Will Skelton lors du match des Barbarians britanniques (ceux-ci étaient alors composés de dix-neuf Tricolores) face à l’Angleterre, il y a trois semaines. « Le but, conclut Fabien Galthié, est de construire une équipe de finisseurs complémentaire avec celle des starters ». Pour « starters », n’imaginez nullement ici le bitoniau de plastique que vous utilisiez au beau milieu des années 80 pour démarrer la Super 5 les matins de novembre. Dans la « novlangue » du patron sportif des Bleus, « starter » désigne simplement les joueurs qui démarrent, ceux que l’on a longtemps appelés « titulaires », en somme.

Parmi les scénarii envisagés par le staff ces dernières semaines, il y a celui menant Sekou Macalou (1,95 m et 112 kg) à quitter le banc de touche pour occuper le poste d’ailier, la polyvalence du flanker ou numéro 8 du Stade français permettant ainsi à la sélection d’aligner six avants sur le banc de touche et offrant aussi la possibilité, en cours de match, de faire quasiment entrer un « deuxième paquet d’avants », tout beau tout neuf, à l’heure de jeu.

Labit : « Il s’exprime pleinement dans les couloirs »

Macalou ailier, alors ? Ce fut le cas samedi dernier lors du premier test face au Japon, au cours duquel il remplaça Virimi Vakatawa à la 63e minute, Damian Penaud se repositionnant au milieu du terrain. Mais ce le fut aussi à Twickenham, fin juin, pour le match des Baa-Baas que l’on évoquait plus haut et ce jour-là, Macalou avait causé de gros dégâts dans la défense anglaise. « Il a les qualités de vitesse et de puissance pour jouer à ce poste, expliquait récemment Laurent Labit, l’entraîneur en charge de l’attaque. Sekou s’exprime pleinement dans les couloirs. C’est là qu’on veut le voir. Il est capable de porter le ballon, de mettre la pression sur le jeu au pied. Et côté vitesse, il est supérieur à certains trois-quarts. » 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?