Amical - Un Lou plus mordant en deuxième période face à Montpellier

  • Jonathan Pélissié et le LOU ont fait la différence en seconde période face à Montpellier.
    Jonathan Pélissié et le LOU ont fait la différence en seconde période face à Montpellier. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Affiche de très haut niveau samedi au stade Armand-Cesari entre le champion de France héraultais et les Rhodamiens vainqueurs du Challenge européen. Une rencontre qui s’est disputée sur fond d’émotion moins de 48 heures seulement après la tempête meurtrière qui s’est abattue sur la Corse.

C’était certes un match amical mais quand même... Au terme d’une semaine de stage insulaire, les Montpelliérains, champions de France, et les Lyonnais, lauréats du Challenge européen, se devaient de valider certains points avant le coup d’envoi du championnat le 3 septembre prochain. Une unique rencontre de préparation où il fallait prendre ses marques. De nombreux cadres avaient été laissés au repos dans chaque camp : Camara, Rattez, Mercer, Bécognée au MHR ; Couilloud, Taufua, Cretin, ou encore Niniashvili au Lou. L’occasion de voir évoluer les nouvelles recrues, mais aussi de lancer dans le bain les "jeunes pousses". L’entame de match était efficace pour les Héraultais qui allaient dans l’en-but dès la 4e minute sur un essai de Nouchi transformé par Carbonel. Piqués au vif, les Rhodaniens se faisaient pressants et se voyaient refuser un essai cinq minutes plus tard. Plus en jambe, face à un Lou un ton en dessous au niveau de la combativité, les joueurs de Saint-André mettaient à mal la défense lyonnaise qui était à la faute à la 18e permettant à Carbonel de passer une pénalité (10-0). Sur courant alternatif, les joueurs de Garbajosa étaient, enfin, réalistes et à l’issue d’un mouvement entamé sur le côté gauche avec une chevauchée de Nakaitaci le long de la ligne de touche, Pélissié (22e) filait entre les poteaux pour y déposer le cuir. Berdeu transformait et le Lou recollait à 10-7. Mais Lyon, trop emprunté, ne trouvait pas le bon tempo face à un Montpellier à la reprise tardive et en phase de rodage mais auteur d’un premier acte propre, qui reprenait le large à huit minutes de la pause sur un coup de pied par-dessus de Doumayrou pour Lam (32e) sur le flanc droit qui finissait le boulot derrière la ligne. Carbonel passait la transformation et les Héraultais comptaient de nouveau une marge de dix unités (17-7) à la pause malgré une dernière escapade de Nakaitaci qui venait semer le trouble aux abords de la ligne d’en-but montpelliéraine.

Changement de scénario

 

De retour sur le terrain, les deux camps ont procédé à de nombreux changements. Lyon plaçait la première banderille avec Dumortier (43e). Le ton était donné et le Lou retrouvait l’appétit en changeant de tempo. Tout cela était validé avant l’heure de jeu par un essai de Coltman envoyé derrière la ligne par le paquet d’avants. Berdeu réglait la mire entre les poteaux. Le Lou revenait à 14-17 puis passait devant à la marque à la 62e, quand la mêlée lyonnaise s’imposait dans les 22 mètres de Montpellier. Doussain en profitait pour partir au ras et aplatir. Berdeu transformait permettant au Lou pour la première fois du match de prendre les commandes au tableau d’affichage (21-17). Lyon était, ainsi, récompensé d’une deuxième période plus pugnace défensivement et plus efficace offensivement.

Un ultime rush héraultais, dans les dernières secondes, ne pouvait rien y changer, au coup de sifflet final. Lyon s’imposait 21 à 17 au terme d’un deuxième acte plus abouti face à Montpellier encore un peu court, mais qui a quinze jours pour passer du travail physique au réglage des automatismes.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Hervé MELA
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?