Top 14 - L'opinion du Midol MHR - UBB : des pénalités qui valent plus cher que d’autres

  • Ce n’est pas très poétique, mais parfois, un match de rugby se résume à un bilan chiffré . Aussi spectaculaire soit-il. A la mi-temps, Montpellier menait 29 à 7 et surtout huit pénalités à une (plus un coup-franc) contre des Bordelais totalement dépassés.
    Ce n’est pas très poétique, mais parfois, un match de rugby se résume à un bilan chiffré . Aussi spectaculaire soit-il. A la mi-temps, Montpellier menait 29 à 7 et surtout huit pénalités à une (plus un coup-franc) contre des Bordelais totalement dépassés. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Ce n’est pas très poétique, mais parfois, un match de rugby se résume à un bilan chiffré . Aussi spectaculaire soit-il. A la mi-temps, Montpellier menait 29 à 7 et surtout huit pénalités à une (plus un coup-franc) contre des Bordelais totalement dépassés.

A la 80eme, le bilan était le suivant, onze pénalités à sept , ce qui signifie que les Bordelais ont vécu une deuxième période à six pénalités contre trois en leur faveur, ils ont proposé un second acte bien plus digne de leur réputation et aussi incroyable que ça puisse paraître, ils ont terminé la rencontre avec trois essais à deux en leur faveur. Le rugby est un sport rythmé par les décisions de l’arbitre qui assurent les avancées, les possessions et l’efficacité des équipes.

Le bilan des pénalités est souvent un indicateur fiable, mais,heureusement, il ne dit pas tout. Les pénalités héraultaises de la première mi-temps valaient plus cher. Elles ont permis à Louis Carbonel de marquer quinze points. Les pénalités bordelaises n’avaient pas lieu d’être tentées, l’UBB avait trop de retard. Il fallait donc taper en touche pour s’approcher de la ligne.

Ce sera le diagnostic de cette rencontre, celle du retour des champions de France à domicile. Ils ont assuré le succès par une première mi-temps brillante, parfois euphorique avec des coups du sort en leur faveur. Mais leur premier essai tout en rythme et en puissance s’est construit avec la majesté d’un champion (Paenga-Amosa à la conclusion). En face, le retour méritoire des Bordelais n' a pas fait le poids.  

 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?