François Steyn, une carrière de diplodocus

  • François Steyn. François Steyn.
    François Steyn. ActionPlus / Icon Sport - ActionPlus / Icon Sport
Publié le

L’ancien joueur de Montpellier et du Racing 92 sera titulaire à l’ouverture pour affronter les Wallabies. À 35 ans, il est parti pour une carrière légendaire.

Il est en piste pour une carrière de vrai diplodocus. François Steyn, 35 ans, sera le demi d’ouverture titulaire des Springboks samedi pour le dernier match du Rugby Championship face à l’Argentine. Les Sud-Africains ont encore une chance d’empocher le titre s’ils font mieux que les All Blacks. Steyn poursuit donc son interminable carrière, commencée en novembre 2006. Il venait à peine de débuter sous le maillot des Sharks du Natal en Currie Cup. On se souvient de sa capacité à réussir des pénalités et des drops à longue distance, ce qui le conduisit au statut de plus jeune champion du monde de l’histoire, à 20 ans et cinq mois, à Paris en 2007. On ne s’imaginait pas le revoir seize ans après, les traits vieillis mais toujours sur le devant de la scène après une carrière ponctuée d’une série de changements de maillots (forcément lucratifs) avec de deux séjours dans des clubs français, le Racing 92 pour un salaire impressionnant pour l’époque (750 000 € environ à l’année), puis Montpellier jusqu’à jouer la finale du Top 14 en 2018.

Il couvre trois postes

François Steyn a aussi officié au Japon (Toshiba Brave Lupus). Dans son pays natal, il a servi les Sharks à trois reprises bien distinctes avant de finir chez les Cheetahs. Sur le plan international, il appartient désormais au club très fermé de ceux qui ont brandi deux fois la Coupe du monde (2007, 2019). Il a réussi à retrouver le maillot national après cinq ans d’abstinence, entre 2012 et 2017. Aujourd’hui, François Steyn est moins rapide évidemment mais Jacques Nienaber lui maintient sa confiance au nom de sa polyvalence car il peut évoluer à trois postes : demi d’ouverture, centre et arrière.

François Steyn se retrouve donc dernier bénéficiaire d’une petite hécatombe : Handré Pollard s’est fait mal à un genou lors du premier test face à l’Australie et la semaine passée, Damian Willemse a subi une commotion à Buenos Aires. Tout ceci s’est combiné avec l’exfiltration d’Elton Jantjies, à cause d’une incartade et d’une entorse à la vie du groupe. "J’aurais bien aimé le sélectionner pour ce dernier match mais sa santé mentale est la priorité. Il y aurait eu trop de pression sur lui. Le rappeler ne lui aurait pas rendu service. Chez nous, l’aspect humain passe en premier", a expliqué Nienaber. Voilà comment François Steyn marche vers une carrière monumentale : s’il se maintient jusqu’au prochain Mondial, elle pourrait durer dix-sept ans et il peut espérer devenir le premier homme à recevoir trois fois le trophée Webb-Ellis.

Roi des coups de pied de mammouth

Il restera forcément dans l’histoire comme le roi des coups de pied de mammouth. On pourrait en citer une bonne dizaine, y compris des drops venus de l’espace. Mais si l’on devait choisir un moment dans sa carrière, ce serait ce jour de 2009 où il, dans le même test-match, il réussit trois pénalités depuis son propre camp, contre la Nouvelle-Zélande. Et jamais personne n’avait fait ça avant lui et personne ne l’a refait depuis.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?