L'opinion du Midol : Toulon aime toujours la guerre

  • C'est grâce à son courage que le RCT est parvenu à obtenir le gain du match.
    C'est grâce à son courage que le RCT est parvenu à obtenir le gain du match. Icon Sport - Johnny Fidelin
Publié le

Lucas Rey, le capitaine de Pau, n’a pas cherché une analyse scientifique après la rencontre.

Il a dit la même chose que les supporters noyant leur déception au comptoir. « On s’est fait rouler dessus. » Toulon a même tout emporté pendant quarante minutes, inscrivant 31 points lors de la première demi-heure. C’était un RCT en mode bulldozer, qui n’avait plus rien à voir avec celui qui s’était embourbé à Perpignan une semaine plus tôt. Il est vrai que cette équipe avait changé de visage avant même le coup d’envoi puisque seulement quatre joueurs titulaires à Aimé-Giral l’étaient encore ce samedi au Hameau. Toulon avait perdu une guerre en Catalogne, il était hors de question que ça se reproduise en Béarn. Il fallait retrouver le goût du combat, glisser le couteau entre les dents, et se prouver que l’ADN de la rade coule toujours dans cette équipe. Il ne fallait pas inventer le rugby, seulement le respecter comme l'évoquait Pierre Mignoni après la rencontre. C’est donc grâce à une mêlée conquérante, de l’agressivité dans le jeu au sol, et des mauls pénétrants que les Toulonnais ont humilié les Palois pendant une première période à sens unique. En seconde période, alors que l’orgueil béarnais avait permis d’équilibrer les débats, les coéquipiers de Charles Ollivon se sont aussi rassuré en présentant une ligne défensive dense capable de gagner du terrain ou en arrachant des ballons à quelques centimètres de leur ligne d’en-but. Certes, les Toulonnais pouvaient regretter d’avoir laissé échappé le point de bonus offensif mais ils ont néanmoins posé une pierre importante dans leur construction ce samedi au Hameau. Et tout laisse à croire qu’ils ont les moyens de bâtir quelque chose de grand.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?