Top 14 - Clermont, la vérité sera ailleurs

  • Bautista DELGUY (Clermont), face à Antoine Dupont (Toulouse).
    Bautista DELGUY (Clermont), face à Antoine Dupont (Toulouse). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Valeureuse, plutôt inspirée mais inefficace, l’ASM a payé cher ses erreurs. Sans grands regrets, toutefois. L’échéance sera bien plus cruciale ce samedi à Perpignan.

Les Clermontois sont repartis de Toulouse avec quarante-six points dans leurs bagages et un bon paquet d’enseignements. Samedi, ils ont pu constater, face à ce qui se fait de mieux, que leur jeunesse, incarnée par Baptiste Jauneau et Killian Tixeront, était prometteuse mais évidemment perfectible ; ils ont eu la confirmation que l’association de Bautista Delguy et de Damian Penaud au sein des lignes arrière avait de quoi provoquer des étincelles ; ils auront matière à méditer sur les failles d’une défense agressive mais ô combien dégarnie dans son fond de terrain, ce dont s’est délecté Thomas Ramos ; enfin, ils ont pu mesurer sur pièces la différence entre une équipe installée au sommet depuis des années et un collectif en progression mais encore en quête de certitudes. Un écart qui s’est traduit par un gouffre de trente-six points au tableau d’affichage : "Le score paraît lourd par rapport à ce que l’on a fait sur les soixante premières minutes", déplore Sébastien Vahaamahina. "46 points, c’est lourd, appuie Jono Gibbes. Il y a quatre essais marqués par Toulouse où c’est nous qui avions le ballon au départ." "C’est nous les fautifs", résume le deuxième ligne. La prestation toulousaine laissera quelques regrets aux Auvergnats. Mais, par-delà le prestige de l’affiche, ce déplacement ne constituait pas un tournant comme le sera le match en Catalogne, samedi.

Un bonus à l’extérieur

"On n’a pas la prétention de penser que la rencontre face à Perpignan sera plus simple qu’à Toulouse", avait affirmé Xavier Sadourny dans l’avant-match. Toujours est-il que l’ASMCA se présentera à Aimé-Giral avec les cadres laissés au repos le week-end passé – Iturria, Raka, Ojovan, Beheregaray, Newsome, Simone… — et ce que l’on peut considérer pour l’heure comme son équipe type. Tout sauf un hasard, évidemment. "Ce sera important pour le groupe, se projette prudemment Jono Gibbes. Avant tout, il nous faut comprendre comment les 46 points sont arrivés. Il faudra ensuite essayer de trouver la bonne stratégie en gardant cette attitude, cette énergie. Il faudra enchaîner les moments de pression. Ce soir (samedi), il n’y en a pas eu assez." "La chance que l’on a, dans le sport, c’est de pouvoir se rattraper, prolonge Sébastien Vahaamahina. On veut essayer de montrer aux équipes que Clermont a une nouvelle façon de jouer, qu’un nouveau groupe est là. On veut répondre présent."

Si l’ASM a jusqu’à présent épaté son monde à Michelin, elle devra désormais aussi se montrer conquérante à l’extérieur – où elle a emporté un seul point en trois occasions — pour accréditer son sursaut et basculer dans le haut du classement. L’an passé, les Clermontois avaient été terrassés après la sirène à Aimé-Giral (26-24). Sur les quatre points qui leur avaient manqué pour finir dans le top 6, les trois échappés en Catalogne avaient coûté très cher.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?