PRO D2 - Biarritz : Baptiste Germain, du neuf en 10

  • Baptiste Germain,  du neuf en 10
    Baptiste Germain, du neuf en 10
Publié le

Habituellement utilisé à la mêlée, le joueur prêté par le Stade toulousain a disputé son premier match à l’ouverture la semaine passée. Vendredi, face à Agen, il sera reconduit à ce poste.

Au Biarritz olympique, la gestion du numéro 10 anime les débats et discussions entre passionnés et suiveurs du club basque, depuis le début de la saison. Il faut dire qu’en deux mois, aucun ouvreur ne s’est vraiment imposé. Gilles Bosch (quatre matchs, deux titularisations) et Brett Herron (trois titularisations) ont partagé le temps de jeu, pendant qu’Ilian Perraux soignait une blessure aux côtes. La semaine dernière, à la surprise générale, et alors que deux ouvreurs (Bosch et Herron) étaient aptes, le staff rouge et blanc a décidé de confier les clés du jeu biarrot à Baptiste Germain (21 ans). Une première pour le demi de mêlée prêté par le Stade toulousain, qui n’avait jamais démarré une rencontre chez les professionnels avec le numéro 10 dans le dos. "En interne, ce n’était pas un choix si décalé que ça, confie Matthew Clarkin, le directeur sportif du club basque. Depuis le début de la saison, avec les blessures qu’on a eues, on l’a mis dans la rotation du 10 à l’entraînement." Alors, verdict ? À Sapiac, s’il a eu des difficultés sous les ballons hauts, Germain a rendu une copie relativement propre, si bien que le staff biarrot, au nom d’une certaine continuité, lui renouvellera sa confiance face à Agen.

Dix sur douze dans ses tentatives au pied

En alignant Germain sur le terrain, Shaun Sowerby et Barry Maddocks offrent au BO un pied droit puissant et précieux pour occuper le terrain, et un buteur jusqu’ici en réussite, puisqu’il a passé dix de ses douze tentatives à Montauban. "J’ai eu de bonnes sensations dans ce domaine, avoue-t-il. Lorsque j’étais à Toulouse, la concurrence était rude à ce niveau. Je n’étais pas le premier choix dans le jeu au pied, puisque Romain Ntamack, Thomas Ramos ou Zack Holmes s’en chargeaient. J’avais donc un peu perdu l’habitude de m’entraîner à buter. Depuis que je suis arrivé à Biarritz, en revanche, j’ai refait un focus là-dessus et jeudi, j’ai pris mes responsabilités. Ça s’est bien passé, donc tant mieux." En inscrivant vingt-six points au pied et en pesant sur le match, Germain, après un début de saison un peu compliqué à la mêlée (seulement 112 minutes jouées), a donc marqué des points à l’ouverture.

Clarkin : "Ce côté animateur mérite d’être exploré"

Contre Agen, il espère désormais confirmer sa bonne performance de la semaine passée. Et avoir un peu plus de ballons à jouer que face à Montauban. La statistique peut surprendre, mais à Sapiac, malgré une victoire (32-46) et quatre essais inscrits par le Biarritz olympique, l’ancien international U20 n’a fait que trois passes, car son équipe a finalement eu peu de munitions à exploiter. Sans cesse animé par une volonté de créer des différences autour des rucks quand il joue à la mêlée, Germain a des qualités évidentes lorsqu’il s’agit de faire bouger les défenses. Il sent les coups et sait créer des incertitudes. "Il a ce côté animateur et dynamique qui mérite d’être exploré en 10", estime Matthew Clarkin. Rendez-vous vendredi soir (21 heures), face au SUA, pour le voir à l’œuvre.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?