Béziers connaît la chanson face à Oyonnax

  • Dans le sillage de leur capitaine Clément Bitz, joueur le plus utilisé à Béziers depuis le début du championnat, les Biterrois vont tenter de relever le défi qui se présente à eux ce soir, contre Oyonnax et sa palette riche et variée.
    Dans le sillage de leur capitaine Clément Bitz, joueur le plus utilisé à Béziers depuis le début du championnat, les Biterrois vont tenter de relever le défi qui se présente à eux ce soir, contre Oyonnax et sa palette riche et variée. Photo Stéphanie Biscaye - Photo Stéphanie Biscaye
Publié le

Après le succès à Massy, les Biterrois chercheront à performer face à Oyonnax en s’appuyant sur certains préceptes inévitables.

Une saison regorge d’événements notables, de temps de passage et de prouesses diverses et variées. Le piège tendu à Massy en fut une démonstration supplémentaire, les Biterrois ayant retrouvé leurs arguments. Pas disparus pour autant, même si la dynamique de résultats versait dans le doute. Clément Bitz, le joueur le plus utilisé de la saison, admet la bonne attitude pour la suite : «On voulait rebondir, déjà. Nous étions en mission commando à Massy pour récupérer les points perdus. Malgré le match périlleux et les conditions infernales, le gain de la rencontre permet de préparer sereinement la venue d’Oyonnax.»

Avec quelques aspects qui peuvent fournir des pistes pour élaborer les semaines qui s’annoncent : «En infériorité numérique, on a montré qui nous étions. Notre groupe n’a jamais flanché, j’ai même observé de la lucidité et du pragmatisme au moment voulu.» De quoi revenir sur certaines ambitions de jeu et abandonner l’idée d’un rugby ouvert, il poursuit : «On nous a souvent reproché d’axer notre jeu sur les avants. Mais aujourd’hui, on reconnaît également le talent de la jeunesse biterroise. Trouvons l’équilibre, mais je préfère une équipe qui prend des initiatives.» Face à des Aindinois ragaillardis après le prolifique succès face à Vannes, l’opportunité est réelle pour marquer les esprits : «Ils sont en haut de l’affiche, ils viendront pour faire un coup. Nous sommes plus paisibles dans nos têtes pour la préparation. On va essayer de peaufiner encore des détails et croire en nos capacités pour relever ce défi qui se présente à nous.»

Imprimer son rythme

Afin de contrer Oyonnax et sa palette riche et variée, les Biterrois devront s’appuyer sur certains acquis proposés face à d’autres cadors de la compétition, notamment face à Mont-de-Marsan. Les Rouge et Bleu ont rivalisé fréquemment quand l’adversité grimpait et que la menace guettait. Pierre Caillet, le patron du sportif s’attend à un combat de tous les instants : «Notre équipe a du caractère, face à ces belles cylindrées, les joueurs parviennent toujours à donner le meilleur. Mais on manque de réussite globalement. Oyonnax demeure dangereux sur tous les coins du terrain, le moindre faux pas sera sensiblement sanctionné donc on est prévenus.»

Face à des Oyomen invaincus face à Béziers depuis octobre 2019, les motivations seront abondantes. Un test spécifique pour les visiteurs, un refrain maintes fois abordé pour des Héraultais dont la réputation paraît trop singulière aux yeux de l’entraîneur de l’ASBH : «On propose quand même d’autres choses dans notre rugby. L’image qu’on nous donne ne correspond pas réellement aux qualités présentes. Après c’est une force indéniable pour nos joueurs, c’est un fait. Je crois qu’on évolue dans le vrai et quand la confiance est instaurée, notre contenu deviendra régulier et on cherchera ce respect par des résultats. Après ces considérations et autres réflexions, Béziers pourrait renouer avec la première partie du classement en cas d’issue heureuse. Une envie commune dont les ingrédients seront connus pour vaincre Oyonnax, tout en ayant en tête qu’une rencontre dure jusqu’à la sirène finale, une mélodie trop souvent néfaste aux ambitions du club depuis l’ouverture du championnat.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Rémy RUGIERO
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?