Deux fauves blessés dans l’arène de Sapiac

  • Sous pression, les Montalbanais du co-capitaine Paul Bonnefond doivent régler rapidement leurs erreurs des deux  dernières rencontres pour ne pas sombrer un peu plus vers la zone rouge.
    Sous pression, les Montalbanais du co-capitaine Paul Bonnefond doivent régler rapidement leurs erreurs des deux dernières rencontres pour ne pas sombrer un peu plus vers la zone rouge. Photo Stéphanie Biscaye - Photo Stéphanie Biscaye
Publié le

Tous deux sur deux revers de rang, Montauban et Grenoble se retrouvent à Sapiac vendredi. Un duel très important pour les deux formations, en quête de confiance et surtout de points.

En début de saison, on imaginait Montauban aux avant-postes, il va maintenant faire attention à la zone rouge. Comme Carcassonne, l’USM déçoit et se retrouve en mauvaise posture au classement après ses défaites combinées face à Biarritz et à Aurillac. Un début de deuxième bloc catastrophe, qui a de quoi surprendre, surtout lorsqu’on sait la performance qu’ont réalisée les hommes de David Gérard sur leur pelouse face à Mont-de-Marsan avant la trêve. Alors qu’on pensait la machine montalbanaise lancée, la douche biarrote et le coup de massue aurillacois ont mis un énorme coup aux ambitions des Vert et Noir. Premier non-relégable, ces derniers ne sont que deux petits points devant Massy et Carcassonne. Une victoire face à Grenoble est donc obligatoire. «On est désormais clairement dans le dur avant la venue de Grenoble, constatait Paul Bonnefond, un des co-capitaines. Nous avons des ambitions et nous restons, sur les deux derniers matchs, bien loin de ce que l’on doit faire. On est sous pression, on ne se rassure qu’avec le combat. Il faut régler nos erreurs et nos errements.

L’USM au bord de la zone rouge

Sur la pelouse de Jean-Alric et pour la première fois de la saison, les Sapiacains ont aussi été mués offensivement, n’inscrivant que six petits points par la botte de Romain Riguet. Un fait étonnant puisqu’au contraire, les coéquipiers de Josua Vici avaient plutôt l’habitude de briller cette saison. Ils avaient par exemple inscrit trente-trois points à Béziers, quarante-trois face au Stade montois et quarante-six face à Biarritz. Mais encore une fois, c’est en défense que les largesses ont coûté cher. Trois essais encaissés en quinze petites minutes, c’est évidemment beaucoup trop pour espérer quelque chose. Comme la saison dernière, le problème des déplacements revient aussi sur la table. L’USM est, avec Carcassonne, la seule équipe de Pro D2 à n’avoir ramené aucun point à l’extérieur cette saison. Il faudra donc compenser, encore une fois, sur la pelouse de Sapiac. Mais rien ne sera facile, surtout face à Grenoble. L’an passé, les Isérois avaient réussi à accrocher un match nul dans la cuvette, et ils s’avancent encore plein d’ambitions dans le Tarn-et-Garonne.

Grenoble ne veut pas lâcher le top 6

Leader à la fin du premier bloc, le FCG est retombé dans ses travers, connaissant deux défaites logiques dont une à domicile pour commencer ce deuxième bloc. Avides de gommer ces différents revers, les Grenoblois sont, à la différence de l’USM, encore bien placés au classement. Sixièmes à seulement cinq points du leader oyonnaxien, un succès sur la pelouse montalbanaise relancerait totalement la dynamique. C’est donc à un combat de bêtes blessées auquel nous aurons droit ce vendredi à Sapiac. Et si on a pour habitude de dire que rien n’est plus dangereux qu’une bête blessée, ce sont bien ici deux fauves qui vont s’attaquer. Si le vainqueur pourrait trouver une bouffée d’air frais, le perdant s’enfoncerait encore un peu plus vers les profondeurs…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Yanis GUILLOU
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?