Sébastien Piqueronies (Pau) : « Ni un exploit ni un miracle, mais un acte de survie »

  • L'entraîneur palois Sébastien Piqueronies s'est expliqué sur l'obligation de ramener un bon résultat de La Rochelle.
    L'entraîneur palois Sébastien Piqueronies s'est expliqué sur l'obligation de ramener un bon résultat de La Rochelle. Icon Sport - Icon Sport
Publié le


Sans vouloir minimiser la victoire de son équipe sur la pelouse de Marcel-Deflandre, le manager béarnais veut garder les pieds sur terre.
 

Au lendemain de la victoire de votre équipe à la Rochelle, qu’en retenez-vous ?
C’est la preuve que lorsque les garçons y croient fort, tous ensemble, on peut faire de belles choses. Après, ce n’est ni exploit ni un miracle, c’est un acte de survie, car les autres avancent et nous sommes toujours au fond du classement. C’est bien d’avoir pris quatre points, mais le chemin est encore long et va être encore dur. Il faut maintenant garder le cap et avancer. Mais, j’espère que ce que nous avons vécu hier, sur le plan émotionnel, sera fondateur. Maintenant, premièrement, cette victoire est la marque d’un drôle de Top 14. On a l’impression que les dynamiques des clubs peuvent s’inverser d’une semaine à l’autre en raison de l’homogénéité et de la densité. Nous sommes dans un championnat excitant, dur et relevé. Deuxièmement, c’est certainement la preuve que nous y sommes légitimes après avoir connu notre part de temps faible, qui a certes été très faible et très long. Maintenant, je n’ai pas la prétention de dire que nous en sommes sortis. Mais nous avons montré momentanément un sursaut d’orgueil qui peut être fondateur pour la suite.

Votre équipe a souvent perdu le fil des rencontres à l’heure de jeu ces dernières semaines. Êtes-vous rassuré sur votre capacité à tenir sur l’ensemble d’une rencontre ?
C’est une évolution au-delà du plan comptable. Nous avions l’habitude entre la 60e et 70e minute, nous perdions le fil et nous subissions nos émotions. Là, nous avons été pleins de maîtrise, sur notre ligne directrice et nos convictions. Nous avons même vu les champions d’Europe perdre le fil par moments. Nous sommes en train de faire notre mue. Mais nous ne l’avons fait qu’une seule après l’avoir subi à quatre reprises. Je vais donc rester très prudent, humble et tourné vers la suite.

Avez-vous eu peur de revivre le scénario des dernières semaines lors de l’essai de Mathias Haddad ?
C’était un essai casquette. Nous ne sommes pas vraiment dominés, nous tenions bien notre ligne en défendant des séquences longues dans nos vingt-deux mètres. Après un tour de passe-passe à la Garcimore, on se retrouve avec sept points contre nous. J’ai senti les garçons très connectés en cercle sous les poteaux, très vite concentrés sur la suite. J’ai senti la conviction de continuer à appliquer un plan. C’est très positif.

Est-ce un moment clé de ce match mais surtout pour la suite de la saison ?
Il vaut plus que de longues semaines d’entraînement en termes d’expérience in vivo. On peut imaginer que le moment clé de ce match est notre entame de deuxième mi-temps où nous arrivons à appuyer fort, mais ce moment-là sous nos poteaux est capital car nous avons assumé de ne pas vivre un moment faible. C’est certainement le moment le plus important de la rencontre.

Avez-vous changé quelque chose ces dernières semaines pour faire face à cet enchaînement de défaites ?
On a surtout gardé nos convictions. La seule chose que l’on a changée, c’est de n’avoir rien changé. Nous avons été très durs envers nous-mêmes. Chacun a relevé le niveau d’exigence. Mais, il faut rester vigilants dans les semaines à venir car ce n’est que momentané. Mais nous avons tracé notre sillon en gardant notre cap et en fixant la même ligne d’horizon mais avec une exigence renforcée. Garder le niveau d’éveil et d’exigence de soixante personnes en même temps, joueurs et staff compris, c’est une science incertaine et une difficulté chaque semaine.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?