XV de France - La folle semaine de Danty

  • Jontahan Danty a pu assurer sa place au centre de l’effectif des Bleus face à l’Australie avant de sauter dans un taxi pour rejoindre sa femme à La Rochelle. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
    Jontahan Danty a pu assurer sa place au centre de l’effectif des Bleus face à l’Australie avant de sauter dans un taxi pour rejoindre sa femme à La Rochelle. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

De son renvoi en plein milieu de la première semaine de préparation avec treize autres joueurs jusqu’à ce retour express en taxi dans la nuit de samedi à dimanche en direction de La Rochelle pour assister, selon le "predictif" de Fabien Galthié, à la naissance de son premier enfant, en passant par ce "contest" gagnant sur la dernière offensive australienne, Jonathan Danty a vécu une folle semaine. Récit.

Tout un symbole. Si Damian Penaud est celui par qui est arrivé l’exploit d’une victoire devenue improbable au fil de la rencontre, c’est bien lui, Jonathan Danty, qui a confisqué la dernière munition australienne, dans un registre dans lequel il est passé maître. Un dernier "contest" sur le pilier droit remplaçant Robertson, démuni de soutien efficace. Un ultime effort pour résister à la pression, un regard en direction de Jaco Peyper et le bras de ce dernier qui se tend à l’horizontal, synonyme de pénalité pour les Bleus et de victoire finale : l’heureux dénouement de cette rencontre entre le XV de France et l’Australie sonne telle une allégorie de la semaine vécue par le trois-quarts centre rochelais.

Ce onzième succès consécutif des Bleus s’est fait aux forceps. Dans la douleur. Tel un accouchement. La métaphore colle donc au feuilleton de la semaine. Souvenez-vous. Au cours de la première semaine de préparation, Danty avait été libéré le mercredi soir au même titre que treize autres de ses partenaires. Sauf que pour lui, la raison n’avait rien de sportif. Au contraire. Sa compagne se trouvait dans la dernière ligne droite pour donner naissance à leur premier enfant. Mais cette ligne droite s’est étirée. Encore et encore. Danty a donc rejoint Marcoussis lundi dernier sans doute le cœur empli d’incertitudes. Jusqu’à jeudi, la probabilité de le voir repartir à La Rochelle était grande. Immense. Jusqu’à poser la question de sa présence samedi soir sur la pelouse du Stade de France face à l’Australie.

"Le fils à jo" n’est pas encore né

Et puis, jeudi, le sélectionneur Fabien Galthié a levé le doute. À l’annonce de la composition de l’équipe, le patron des Bleus n’a pas sourcillé : Danty a bien été annoncé à côté de Gaël Fickou pour former la paire de centre tricolore. "J’ai connu la même chose pour France-Australie à Marseille en 2001, a même confié Galthié. On a joué et, le lendemain, j’ai pris l’avion pour assister à la naissance de mon fils. C’est ce que l’on a prévu pour Jonathan aussi (rires). Tout est planifié, on a un prédictif parfait qu’a réalisé Thibault Giroud, on est réglé avec la maternité de La Rochelle, on a une deadline qui est très précise. Normalement, après le match, il prend la voiture pour être présent à la naissance de son enfant." À cet instant précis, Galthié n’avait évidemment aucune certitude. Autant ses qualités de techniciens ne peuvent être remises en cause, autant ses connaissances en gynécologie-obstétrique….

Dans la tête de Jonathan Danty, la situation n’a pas dû être simple à gérer. Les questions se sont probablement bousculées. Et si les choses ne se passaient pas comme prévu, avec par exemple un accouchement qui arrive un brin plus tôt que "le prédictif" ? Galthié, large sourire aux lèvres, s’était alors montré goguenard à l’évocation du sujet : "La question ne se pose pas, le prédictif est là, avait-il rétorqué. Je ne peux pas vous dire mieux. C’est écrit… C’est le fils à Jo comme dirait le film de notre ami la Guille (Philippe Guillard, réalisateur du Fils à Jo, N.D.L.R.). Le fils à Jo, on l’attend tous. Plus sérieusement, c’est la vérité : c’est le choix de Jo."

De retour à Marcoussis ce lundi ?

Finalement, l’ancien joueur du Stade français n’a pas eu à faire de choix. Il a affronté l’Australie dans une rencontre toute particulière pour lui mais qui ne restera pas comme son match référence. Il n’en disconviendra pas. Sans doute avait-il la tête un peu ailleurs. Un sentiment compréhensible. Il ne s’est d’ailleurs pas attardé dans les entrailles du Stade de France. À peine avait-il pris sa douche qu’un taxi l’attendait pour prendre la direction de La Rochelle en voiture afin de passer son dimanche au plus près de sa compagne. Malheureusement, si le "prédictif" de Galthié s’est révélé juste dans son ensemble, Jonathan Danty n’est toujours pas devenu papa. Et, comme le terme de la grossesse de la future maman est prévu ce mardi, la question qui a agité Marcoussis la semaine dernière devrait encore hanter le CNR en ce début de semaine.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?