Angleterre-Afrique du Sud : les Boks sous la pression de l’article 9

  • Makazole Mapimpi va profiter de la blessure de Kolbe pour retrouver une place de titulaire.
    Makazole Mapimpi va profiter de la blessure de Kolbe pour retrouver une place de titulaire. PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport
Publié le

Les champions du monde aimeraient bien finir leur tournée européenne avec un bilan de deux victoires en quatre matchs. Mais ils vont jouer à Twickenham sans cinq éléments majeurs, obligés de retourner dans leurs clubs, article 9 oblige.

Mine de rien, ce sera la répétition de la finale de la Coupe du monde mais les deux équipes s’étaient déjà affrontées il y a un an, à Twickenham, et les Anglais l’avaient emporté 27 à 26. Ces retrouvailles n’ont donc, a priori, rien de très historique. L’Angleterre pas forcément fringante, retrouve l’Afrique du Sud, plutôt tristounette. De plus, les règles du rugby international étant ce qu’elles sont, les Springboks seront privés des joueurs sous contrat avec des clubs européens, soit Cheslin Kolbe (Toulon, mais il s’est blessé), André Esterhuizen (Harlequins), Cobus Reinach (Montpellier), Jasper Wiese (Leicester) et Vincent Koch (Stade français).

Ça dévaluera forcément l’affiche de samedi, même si les champions du monde essaieront de finir sur une bonne note après avoir perdu en Irlande, puis en France. Sans compter que leur parcours a été "pollué" par la suspension de Rassie Erasmus, leur manageur, sélectionneur en 2019. L’homme fort des Springboks a été banni pour deux semaines après ses tweets critiques à l’endroit de Wayne Barnes, l’arbitre du test contre la France. Il avait déjà été suspendu après avoir pareillement sulfaté l’Irlandais Nic Berry, en 2021, après la série gagnée face aux Lions britanniques et irlandais. L’entraîneur Jacques Nienaber est venu au secours de son mentor : «Si tous les faits étaient connus, je pense que les gens auraient une autre opinion. C’est assez triste quand on y pense.» Il a fait référence à des informations qu’il ne pouvait révéler mais qui finiraient sans doute par sortir un jour : «On ne peut pas en parler, c’est comme ça mais nous connaissons les faits et nous les avons partagés avec le groupe.» Si son objectif était nous intriguer, c’est rudement bien réussi. À quel complot ténébreux pense-t-il donc ?

Heureusement, Etzebeth est de retour

Le sélectionneur a aussi glosé sur l’image de son équipe : «On ne peut pas contrôler le récit qu’on fait de nous. Je sais qu’on nous accuse de ne pas attaquer et de nous contenter de coups de pied et de plaquages. Vous savez, tant que nous sommes fiers de l’énergie que nous mettons dans ce qu’on fait…» Nienaber a donc replâtré sa composition pour Twickenham en faisant déjà passer Damian De Allende du poste de second à premier centre où il sera associé à Jesse Kriel. Du nouveau sur le banc avec l’arrivée des Thomas Du Toit, Marco van Staden, Canon Moodie et Jaden Hendrickse. Le monumental Eben Etzebeth reviendra en deuxième ligne pour densifier le pack. Mais en numéro 8, on découvrira Evan Roos des Stormers, 22 ans, que nous avons aperçu cet été le temps d’un match face aux Gallois. On l’a revu durant vingt minutes samedi dernier à Gênes face à l’Italie. «Nous savions que nous aurions des absents. Nous avions prévu de donner du temps de jeu à des jeunes ou des réservistes et c’est pourquoi notre équipe A est venue jouer en Grande-Bretagne contre le Musnter et Bristol, a poursuivi Nienaber. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?