L'opinion du Midol : Ramos, ça devient presque indécent

  • Thomas Ramos a inscrit 14 points face à Perpignan
    Thomas Ramos a inscrit 14 points face à Perpignan Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

On l'avait quitté grand gagnant de la tournée du XV de France, lui qui s'était enfin vu offrir une chance d'être le numéro 1 à son poste en sélection et qui a clairement ébloui de son talent la tournée des Bleus. Chacun a compris qu'il s'agit de Thomas Ramos, l'arrière du Stade toulousain qui avait bénéficié d'une semaine de vacances bien méritée au sortir de la fenêtre internationale et avait raté le déplacement à Lyon. on l'a retrouvé encore étincelant face à Perpignan ce samedi. C'est bien simple : tout ce que Ramos tente, il le réussit. C'était absolument frappant face à l'Usap. Alors que son équipe ronronnait par instants, c'est lui qui a su impulser les choses et forcer le destin, à la grâce d'un culot qui sera toujours sa marque de fabrique. Par deux fois, il fut décisif en tapant un subtile coup de pied par-dessus la défense qui, à chaque reprise, a fini dans ses mains. « Je ne suis pas fan de ces coups de pied mais, quand ça marche comme ça, il faut savoir reconnaître que c'est bien joué », souriait son entraîneur Clément Poitrenaud après le match. Le truc, c'est qu'il sait aussi que son joueur - le meilleur du Top 14 depuis le début de saison - marche actuellement sur l'eau. Et Ramos possède cette faculté à mettre son insolente réussite au service des siens. Alors que le Stade toulousain était en quête du bonus offensif à deux minutes du terme, c'est à nouveau lui qui a enclenché une merveille de contre-attaque depuis ses vingt-deux mètres, à l'origine de l'essai de Romain Ntamack. « Je me régale », a dit l'intéressé en conférence de presse. Et nous aussi en l'admirant. On oublierait presque qu'il a aussi livré un récital face aux poteaux, avec un sans-faute dans l'exercice... On l'a même vu gratter un ballon dans un ruck. Quel que soit le numéro dans le dos ou le maillot sur les épaules, Ramos évolue tout simplement sur une autre planète en ce moment.      

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
fojema48 Il y a 2 mois Le 03/12/2022 à 21:50

Ramos devant les autres rament derrière, c'est tant mieux pour le rugby !