Pro D2 - Béziers toujours aux aguets

  • Nicolas PLAZY durant la rencontre contre le Biarritz olympique
    Nicolas PLAZY durant la rencontre contre le Biarritz olympique Icon Sport
Publié le

 Après un dernier bloc réussi, les Biterrois entendent poursuivre l’embellie. Tenir les engagements et persister dans la durée y compris chez le leader.

Parvenus à redresser une situation compromettante en Décembre dernier, les Héraultais ont pu souffler durant l’intermède des fêtes avec le sentiment légitime du devoir accompli. Après les résolutions d’usage, les Rouge et Bleu penseront forcément pour 2023 à l’aspect de la régularité qui leur a tant fait défaut ces derniers mois. Un profil qui n’a pas à échappé à l’arrière de l’ASBH, Charly Malié, conscient que le chemin sera encore long et sinueux : "On ne va pas s’enflammer après les derniers résultats. Le championnat reste ouvert, mais notre position centrale ne nous distance d’aucunes perspectives." Prudence est mère de sûreté comme le suggère l’expression pour des Biterrois qui ont démontré des capacités évidentes pour sortir de l’ornière, il rajoute : "J’ai pas mal de match en tête qui n’ont pas tourné dans notre sens. Mais je crois qu’on a cassé cette spirale négative. Comme à Agen, où le sort ne s’est pas acharné sur nous enfin." Des attitudes permettant d’inverser une tendance capricieuse.

D’autant que la première sortie sera d’évidence considérée comme un véritable test d’envergure, puisque les hommes de Pierre Caillet iront défier le leader Oyonnaxien sur ses terres. 39 points récoltés sur 40 à Charles-Mathon pour l’USO, le défi sera de taille pour les visiteurs.

Des pénibles à l’extérieur

Mais des arguments seront proposés sur la table puisque Béziers concède peu de points à l’extérieur jusqu’à présent (deuxième défense du championnat). Pas anodin pour l’ancien Palois : "Cela révèle un certain état d’esprit, une réputation d’équipe qui ne lâche rien. Face à Oyonnax, nous n’aurons rien à perdre. Les garçons se battent les uns pour les autre à l’extérieur dans des contextes très hostiles et ce sentiment est décuplé." Si les troupes du capitaine Maxime Espeut demeurent si incommodantes loin de leurs bases, la mission proposée pour débuter 2023 sera également d’un niveau certain. Béziers ne s’étant jamais imposé de son histoire dans l’Ain, le challenge sera immense.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Rémy RUGIERO
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?