Champions Cup - UBB : Gimbert encore plus en vue

  • Champions Cup - Jules Gimbert (UBB).
    Champions Cup - Jules Gimbert (UBB). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Les forfaits de Lucu et de Lesgourgues propulsent Jules Gimbert sous les feux des projecteurs. Pour ne mènerait-il pas l'UBB vers une qualification in extremis ?

Quelle formule croquignolesque nous ont offert les pontes de l’EPCR. Elle permet aux Bordelais de continuer à espérer une qualification en huitième de finale malgré un bilan de trois défaites en trois matchs. Il faudra s’imposer samedi (16 h 15) avec le bonus offensif face à Gloucester et spéculer sur les résultats des autres équipes. Ce n’est donc pas dans la poche pour l’UBB. On se demande si les hommes du président Marti espèrent vraiment ce petit miracle, tant ils ont laissé penser que le Top 14 était clairement prioritaire dans leur tête. Les compositions d’équipes des trois premiers matchs nous ont conforté dans cette idée, même si les Bordelais ont bien figuré à Gloucester et, à domicile, face aux Sharks. Il faut le souligner.

Mais les "roulements" observés à Durban samedi dernier étaient trop frappants pour ne pas témoigner de ce "ciblage".

Ceci n’a pas empêché les Bordelais de revenir d’Afrique du Sud avec une mauvaise nouvelle. Maxime Lucu s’est blessé à une cheville (lire ci-contre) . L’UBB devra apprendre à évoluer sans son maitre à jouer plus tôt que prévu. Plutôt que la fameuse période internationale qui ponctionne tant l’effectif bordelais. Le match de Gloucester devrait permettre à Jules Gimbert de "prendre les clés du camion" pour une assez longue période. Nous avions déjà mis un coup de projecteur sur lui quand Yann Lesgougues avait été victime d’un d’un accident de la circulation en décembre. Il devenait de facto numéro 2. La blessure de Lucu en fait le premier choix des entraîneurs..

Cinq ans après ses débuts sous l’autorité de Jacques Brunel en 2017-2018, Jules Gimbert a donc vraiment l’occasion de montrer tout son savoir faire. Mi décembre, nous nous étions rendu compte que ce pur produit du club n’avait connu que quatre titularisations sur ses 46 premières apparitions. La concurrence était vraiment trop rude, avec les Serin, Lucu et Lesgourgues devant lui. Et en plus, il avait subu une grave entorse à un genou à l’été 2021. On sentait que ce champion du monde des moins de 20 ans de 2018, très proche de Matthieu Jalibert, avait la dimension pour tirer son épingle du jeu en Top 14, question d’aisance, de culot et de qualités innées. "C’est un très bon animateur. Il peut faire aussi des différences et se montrer dangereux autour des rucks par sa vitesse, il a aussi un bon jeu d’appuis qui lui permet de s’imposer sur les un contre un. Il est aussi précieux par son jeu au pied, il peut aussi assumer les tirs au but", nous avait expliqué David Ortiz, ancien patron du centre de formation de l’UBB qui l’a vu éclore. Une jolie panoplie en vérité pour un joueur qui est en fin de contrat en juin et qui est très courtisé. On a récemment parlé d’un intérêt soutenu du Stade Français. S’il doit partir dans six mois, on imagine qu’une période de titularisations faste .serait une sacrée satisfaction.

À noter qu’il n’est plus le seul demi de mêlée valide de l’effectif bordelais. Hugo Zabalaza est arrivé en Gironde, en provenance de Vannes (Pro D2) et selon nos informations a été placé sur la liste européenne. Le demi de mêlée formé à Bayonne sera le joker de Yann Lesgourgues, il évitera à l’UBB de faire appel à un numéro 9 de fortune, genre Santiago Cordero qui a fait mieux que des intérim à ce poste.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jérôme PRÉVÔT
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?