Champions Cup - Les Rochelais déjà subjugués par "UJ" Seuteni

  • Arrivé cet été, Ulupano Junior Seuteni a déjà conquis les cœurs rochelais. Et le meilleur reste à venir selon ses coéquipiers.
    Arrivé cet été, Ulupano Junior Seuteni a déjà conquis les cœurs rochelais. Et le meilleur reste à venir selon ses coéquipiers. Icon Sport
Publié le

S’il n’a pas encore atteint la plénitude de l’an dernier avec l’UBB, l’international samoan impressionne et fascine en interne. Ses pairs décryptent le phénomène.

Sa voix douce et fluette tranche avec le charisme et la puissance qu’il dégage, une fois en tenue, sur un terrain de rugby. Ne vous y trompez pas : Seuteni est un homme de peu de mots, en dehors. Encore davantage lorsqu’il s’exprime dans la langue de Molière, comme il est coutume devant la presse à La Rochelle. Qu’importe, les autres parlent pour lui. Et dépeignent un personnage aux qualités rares, presque hors normes. Dans les rangs des champions d’Europe en titre, rejoints à l’été 2022, le Samoan fait déjà l’unanimité. Morceaux choisis.

Sébastien Boboul (entraîneur des trois-quarts) : "Un joueur ultra-complet"

"C’est vraiment un joueur de classe ! Capable de déplacer le jeu, de faire la différence sur les appuis et au niveau de la passe. Il a aussi le pied. C’est un joueur ultra-complet qui a toutes les armes pour être bon et pas qu’offensivement. Défensivement, il aime ça aussi, il est fort sur l’homme. "UJ" est intéressant dans notre système. Quand il n’est pas là, on voit qu’il manque ce joueur capable de suppléer le 10. Quand tu es trois-quarts, tu aimes jouer avec ce genre de mec, capable de te mettre dans des espaces par des passes, sur des duels. Il créée beaucoup d’opportunités et de brèches."

Teddy Thomas (ailier international) : "Il me rappelle Laulala"

"Rugbystiquement, il est bourré de talent, il peut jouer à n’importe quel poste et faire des miracles dont lui seul a le secret. Il est très réservé mais n’a pas besoin de parler. Il a une aura telle que tu as envie de le suivre, de jouer avec lui, de lui faire confiance, de le rendre heureux. Je suis très content de le connaître. On s’entend super bien, on rigole. On ne dirait pas comme ça mais il aime bien mettre des pièces, toujours dans la bonne humeur. C’est un petit "snake" (un serpent, N.D.L.R). On a la chance d’avoir un mec comme ça dans le groupe. Humainement et sportivement. Tout ça mélangé devrait faire un très bon cocktail. On aime tous les deux le rugby chaloupé. On a des similitudes - pas en un contre un, il est piquant (rires) - mais on se rejoint sur certaines choses. Il me rappelle Casey Laulala. J’adorais jouer à ses côtés au Racing. On disait que je marquais, que je faisais des exploits mais c’est toujours lui qui créait, me donnait des ballons. "UJ", dans les semaines à venir, sera exactement pareil. Il a les mêmes qualités, la même gentillesse, le même savoir vivre. Il me tarde que l’on fasse de belles choses pour ce groupe."

Thierry Paiva (pilier gauche, coéquipier depuis 2018) : "Il peut s’en sortir tout seul"

"On arrive tous les deux dans un nouveau club, il faut s’adapter. Ça n’a pas été facile au début. Mais "UJ" est en joueur tellement talentueux que, même quand dans le système, il n’y est pas, il peut s’en sortir tout seul ! Maintenant, on sent que, sur les derniers matchs, il a pris de plus en plus ses marques et il va monter en puissance car il est bien dans le système et bien ici. La force du groupe va être bien plus élevée."

Philippe Gardent (responsable de la préparation physique) : "Il va en étonner plus d’un"

"Il sort du lot dans le sens où il va très vite mais vraiment très vite. Les Américains disent "burst". C’est l’explosivité. Et il a une capacité à répéter les accélérations de façon impressionnante, qu’il joue centre ou ouvreur. Or, quand tu joues 10 et que tu as cette capacité à accélérer et attaquer la ligne, les défenseurs ne savent pas s’il va porter ou faire la passe. Ils vont considérer qu’il va porter donc c’est un danger supplémentaire, ça ouvre des espaces. Ça me marque, c’est une grande qualité que j’essaye de ne pas abîmer (sourire). "UJ" n’est pas encore à 100 %. Il a eu beaucoup de petits pépins qui traînaient en arrivant de Bordeaux, il a mis un peu de temps à s’intégrer pleinement dans le système. On a essayé de le remettre à neuf. Je ne crois pas me tromper en vous disant que fin février-début mars, il va commencer à vraiment s’exprimer de la meilleure des manières et atteindre son potentiel. Il va faire s’ouvrir quelques bouches de façon étonné !"

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Romain Asselin
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?