Pro D2 - Oyonnax, le Top 14 en point de mire

  • Entre les joueurs d’avenir qui ont prolongé récemment et les anciens expérimentés, comme Rory Grice (à droite), nouveau Centurion, Oyonnax se prépare en coulisses.
    Entre les joueurs d’avenir qui ont prolongé récemment et les anciens expérimentés, comme Rory Grice (à droite), nouveau Centurion, Oyonnax se prépare en coulisses. Icon Sport - Loic Cousin
Publié le

Les Haut-Bugistes ne font pas mystère de leurs ambitions de retrouver le Top 14. Dans toutes les strates du club, on travaille en ce sens.

Depuis le 16 septembre, date de son dernier revers, Oyonnax Rugby, en enchaînant treize matchs sans défaite, en alignant onze victoires consécutives, en creusant un écart de dix-sept points avec son premier poursuivant, s’est ouvert une voie qui peut sembler royale en direction du Top 14. Pour autant, le staff ne se laisse pas duper. "À chaque match, nous cherchons à nous inscrire dans la progression pour aborder la phase finale en pleine possession de nos moyens parce que c’est là que tout se jouera", martèle Joe El Abd.

Si l’accession au Top 14 se décidera lors de la finale le 26 mai, le club de l’Ain n’attendra pas cette date pour se préparer à saisir cette éventuelle opportunité. "Une montée la saison passée aurait sans doute été prématurée, assure Dougal Bendjaballah, le nouveau président aindinois. Accéder au Top 14 se prépare, s’anticipe. Nous ne voulons pas subir une éventuelle montée, nous voulons la construire à l’instar de ce qu’a su faire Bayonne. Notre objectif est de permettre au club de retrouver le Top 14, notre ambition est de l’installer durablement à ce niveau avec la volonté d‘être et d’exister." Le président oyonnaxien trouve un modèle à suivre dans l’histoire de son club : "Il y a beaucoup de similitudes avec la saison 2012-2013 qui avait amené Oyonnax en Top 14. Comme c’était le cas il y a dix ans, nous avons un groupe qui s’est forgé une expérience collective. On trouve de la continuité dans l’effectif, dans le staff. Pour cette saison notre recrutement a été mené en lien avec nos objectifs en intégrant à un groupe qui s’est construit au cours des dernières années des joueurs ayant l’expérience du niveau supérieur comme Mafi, Stark, Taofifenua, Ravouvou, Lebas…"

Le premier atout d’Oyonnax pour forcer les portes du Top 14 tient en effet à la qualité de son groupe au sein duquel les rangs des joueurs comptant plus de cent matchs sous le maillot des Oyomen ne cessent de s’éloyargir. Rory Grice, Théo Millet ou encore Phœnix Battye, joueurs majeurs de l’effectif, sont devenus "centurions" au cours des dernières semaines. Il est un autre élément qui traduit la volonté du club de se projeter vers le Top 14. "Des joueurs comme Théo Millet, Darren Sweetnam et Kevin Lebreton viennent de prolonger leur engagement avec Oyonnax jusqu’en 2025. Ils ont tous la même ambition d’évoluer en Top 14 et ils croient en notre projet. Joe El Abd sera à la tête du staff jusqu’en 2025 lui aussi, se sont des signes forts", se réjouit Dougal Bendjaballah.

Si sur le terrain, la volonté d’Oyonnax Rugby d’avoir un coup d’avance trouve indéniablement sa traduction dans ses résultats, dans les coulisses aussi on s’active. Le 6 décembre, lors de l’assemblée générale actant la passation de pouvoirs entre Thierry Emin et Dougal Bendjaballah à la tête du club, une augmentation du capital a été votée. Elle répond au projet que rappelle le nouveau président : "Devenir le club du Grand Est en étendant notre rayonnement de Strasbourg à Aubenas." La consolidation de ce socle essentiel à la formation participe aussi à l’avancée vers le Top 14… au même titre que la construction d’un budget adapté et la réflexion sur le futur recrutement. "Si nous accédons au Top 14, nous devrons être en capacité d’augmenter notre budget de 3 à 4 millions, hors évolutions structurelles. Nous travaillons en ce sens. Concernant le recrutement, nous avons déjà des contacts. Les premières annonces interviendront au printemps", révèle Dougal Benjaballah qui, à la question "Est-ce qu’Oyonnax se prépare au Top 14 ?" répond sans hésitation : "oui."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jean-Pierre DUNAND
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?