David Courteix : « J'y croyais aussi »

  • David Courteix : « J'y croyais aussi »
    David Courteix : « J'y croyais aussi »
Publié le , mis à jour

David Courteix et ses joueuses étaient forcément déçus après leur défaite en quart de finale du tournoi olympique face au Canada. Néanmoins, les Bleues veulent se remobiliser et accrocher la cinquième place. 

Fanny Horta (capitaine) :

« Ça reste un jeu, du sport. Il faut assumer la défaite quand elle devant nous. Il n'y avait pas de pression particulière même si nous sommes aux jeux Olympiques. Ça ressemble aux tournois que nous connaissons. Nous avions envie de tout donner, de gagner ce match qui aurait pu nous amener en demi-finale. Le Canada était à notre portée. Nous avons eu deux occasions où nous marquons pas. C'est un problème que nous avons rencontré lors des deux dernières saisons où nous avons eu l'habitude de nous compliquer la vie. Forcément, on peut dire que l'on reste à notre place à condition d'aller chercher cette cinquième place demain. Nous sommes très déçues et toutes très tristes de cette élimination. Maintenant, on ne peut pas se permettre de nous apitoyer sur notre sort. C'est sur qu'il va y avoir de la déception mais on la vivre d'avantage une fois que le tournoi sera terminé. On ouvrira les yeux en nous disant, nous sommes passées à côté mais si nous voulons rester dignes et aller au bout de cette aventure nous devons gagner ce lundi.»

Jade Le Pesq :

« Nous avons laissé passer de bonnes occasions et à la fin on perd. On a échappé quelques ballons qui nous ont coûté très cher. Nous ne passons pas loin mais nous échouons. C'est une grande déception mais nous devons nous remobiliser pour finir cinquièmes. »

Le résumé du match face au Canada 

David Courteix (entraîneur) :

« Énormément de déception car les joueuses se sont engagées énormément en croyant très fort à cette médaille. Honnêtement, j'y croyais aussi. Le fait d'avoir échoué dans cette conquête est forcément décevant mais ce match est à notre image, avec beaucoup d'engagement, nous sommes capables de réussir des choses compliquées et de rater des choses extrêmement simples pour moi. Le Canada a une maîtrise que nous ne sommes pas en mesure d'afficher. C'est certainement dû à l'immaturité, pas liée à l'âge mais à la découverte du haut niveau. Le 7, c'est un court-métrage, ça va très vite, avec un scénario qui s'écrit, dans un premier temps avec l'adversaire, et au fur et à mesure l'équipe qui met la main sur le scénario a le match dans la poche. Ce soir le scénario nous a échappé.»

Nicolas Augot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?