• Peceli Yato s’apprête à inscrire un des ses trois essais face à Perpignan.
    Peceli Yato s’apprête à inscrire un des ses trois essais face à Perpignan. V. Duvivier / V. Duvivier
Publié le / Modifié le
ASM Clermont Auvergne

Yato et les "X Factor" clermontois

L'ASM, même moyenne, peut compter sur ses "Facteurs X" comme Peceli Yato pour débloquer les matchs. Auteur d’un triplé, le troisième ligne centre fidjien réalise une saison "XXL" avec quinze essais sur les deux tableaux. Mais il n’est pas seul…

"Je ne paierai pas mon coup ce soir (samedi), on reste concentré sur les matchs qui arrivent et on attendra quatre ou cinq matchs pour ça. Après on pourra boire un coup, oui. " Peceli Yato, qui a réalisé le coup du chapeau, et l’ASM, n’avaient pas la tête à festoyer après avoir validé leur ticket pour une demi-finale directe. Même après la 9e place de l’an dernier. D’abord car la copie rendue est moyenne et qu’un grand rendez-vous les attend vendredi en Challenge Cup. L’international fidjien remettait donc sa tournée à plus tard, à mi-juin de préférence et se voulait modeste. "C’est le travail de l’équipe, j’étais bien placé. Ce n’est pas le match que l’on voulait faire mais nous avons fait le job. Nous avons perdu trop de ballons sur les turnovers. J’espère que ce sera mieux en demi-finale et en finale vendredi. Je ne crois pas que La Rochelle puisse s’inspirer de ce match pour analyser notre jeu…" Auteur de 10 essais en Top 14 et de 5 en Challenge Cup, Yato est transformé depuis la reprise l’été dernier et a définitivement pris en main son poste de numéro huit. En finale de la Challenge Cup, en l’absence de Fritz Lee, c’est lui qui devra faire avancer son équipe.

Van Tonder-Yato se trouvent les yeux fermés

Contre Perpignan, l’impact du numéro huit a été prépondérant, c’est lui qui déverrouille le match en trois minutes avec un doublé, mis deux fois sur orbite par Van Tonder, puis ramène le bonus offensif dans l’escarcelle des Clermontois. Son vis-à-vis, Karl Chateau, numéro huit de l’Usap, raconte son match face à ce phénomène. "On espère juste qu’il prenne le ballon le moins souvent possible. C’est un joueur extraordinaire, il l’a encore démontré aujourd’hui. Cela aide d’avoir un joueur comme ça dans une équipe, cela met dans l’avancée et il commet très peu d’erreurs. Quand on le fait tomber, cela soulage un peu, on se dit que l’on aide l’équipe."

Malheureusement pour ses adversaires, quand Yato est à terre d’autres éléments clés prennent le relais comme Alivereti Raka, auteur d’un doublé. L’ailier n’avait plus marqué depuis décembre à Timisoara, match où il se blessa pour plusieurs mois laissant Damian Penaud endosser le rôle de l’arme fatale des Jaunards (triplé contre Northampton et Toulouse, essai contre les Harlequins). Des "X Factor", ces joueurs capables de faire la différence à tout moment par leur technique et leur vitesse, l’ASM en a encore en stock. Sur son dernier essai, Raka est impeccablement servi par Toeava après une échappée tranchante partie des 22 mètres. Le retour de ce joueur clé, blessé mi-décembre contre Newport, est une aubaine pour le squad jaune et bleu quand Abendanon est blessé et que Tuicuvu poursuit son apprentissage. À la 47e, l’arrière néo-zélandais, auteur d’un début de saison magistral, papa de la ligne de trois-quarts avec Peter Betham, retrouvait les terrains en même temps que Judicaël Cancoriet, blessé lui depuis mi-janvier et un match contre Northampton. Cela change la donne pour cette fin de saison et donne une autre épaisseur de plus à Clermont.

Avec Toeava, l’épine dorsale s’épaissit

"Cela fait du bien de retrouver des "X Factor" comme "Ice" (Toeava) et "Judi " (Cancoriet), j’espère que cela va nous aider encore pour la suite", confiait Peceli Yato. Et il sait de quoi il parle.

En attendant le retour de Zirakashvili ce sont déjà deux renforts de poids. "Isaia Toeava fait du bien, il apporte beaucoup d’assise derrière, il connaît son job parfaitement expliquait le capitaine Morgan Parra. C’est un bon retour comme celui de Judicaël pour qui il fallait retrouver des sensations sur les contacts." Les deux revenants blessés à l’épaule ont joué juste, sans en faire trop, avec une mention spéciale pour Toeava, déjà bien en forme et précieux dans le jeu au pied long. L’entraîneur en chef ne cachait pas sa satisfaction. "Flip, Ice, Judi, c’est bon de les revoir sur le terrain. On sent qu’Isaia a beaucoup d’expérience et de vécu analysait Franck Azéma. Il sait faire et cela fait plaisir de le revoir tranchant. Il y a eu un bon travail de fait par le staff médical et les préparateurs physiques. L’important sur la fin de saison, c’est de pouvoir compter sur tout son effectif." Sur les anciens et sur les plus jeunes, comme Jacobus Van Tonder, 21 ans, replacé en troisième ligne et auteur de sorties convaincantes. Le natif de Bloemfontein, arrivé en 2017 à l’ASM offre une option de plus au staff parmi tous ces "Facteurs X". Si besoin…

GUILLAUME BONNAURE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir