• Le numéro huit lyonnais et ancien talonneur de son état, Deon Fourie excelle dans le jeu au sol. C’est le joueur du championnat qui a gratté le plus de ballons au cours de la saison régulière (27). Une arme que les Lyonnais devraient utiliser contre les Clermontois qui excellent dans le jeu rapide et désorganisé.
    Le numéro huit lyonnais et ancien talonneur de son état, Deon Fourie excelle dans le jeu au sol. C’est le joueur du championnat qui a gratté le plus de ballons au cours de la saison régulière (27). Une arme que les Lyonnais devraient utiliser contre les Clermontois qui excellent dans le jeu rapide et désorganisé. Icon Sport - Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Le LOU en sol majeur !

Face à une équipe de l’ASM Clermont Auvergne capable d’enchaîner les temps de jeu jusqu’à faire céder les meilleures organisations défensives, le Lou, qui affiche les meilleures statistiques de "contest" du Top 14, devra probablement remporter la guerre des rucks pour croire à l’impossible.

C’est peut-être la demi-finale la plus indécise, celle dont les deux protagonistes sont le plus proche l’un de l’autre. D’un côté, le deuxième de la phase régulière, de l’autre le troisième. Mais certains parlent d’une opposition de style. À croire que les profils de ces deux équipes sont diamétralement différents. «Certains le pensent peut-être parce que le Lou est une équipe hybride, analyse l’ancien entraîneur des trois-quarts du Stade français, Julien Dupuy. Les Lyonnais ont cette faculté à s’adapter à l’adversaire. C’est peut-être ça leur marque de fabrique. Je connais un peu Pierre Mignoni, il travaille beaucoup sur le jeu de l’adversaire.» Avec une franche réussite.

On aimerait donc bien savoir ce qui s’est passé cette semaine entre les deux oreilles de l’ancien demi de mêlée international. Qu’a-t-il bien pu imaginer dans son esprit pour contrecarrer l’identité de jeu clermontoise, portée sur le mouvement et l’intensité ? Sans doute ne lui a-t-il pas échappé cette faculté qu’a l’ASM à enchaîner les temps de jeu jusqu’au bout de la nuit. «Ils ont cette faculté à user les défenses adverses en multipliant les temps de jeu, confirme Julien Dupuy. Et à force, les défenses cèdent. Face à une équipe comme ça, le moindre plaquage loupé, c’est l’assurance de se retrouver fragilisé et d’être en danger.»

 

Pierre Mignoni, le coach de Lyon
Pierre Mignoni, le coach de Lyon

Lyon est l’équipe qui a gratté le plus de ballons durant toute la phase régulière du Top 14

 

Et pour cause. Une fois le premier rideau défensif franchi, l’organisation auvergnate est faite de telle sorte que plusieurs soutiens offensifs convergent vers le porteur de balle, offrant une multitude de solutions. «C’est incroyable à voir, s’enthousiasme encore Dupuy. Ça doit être un des dadas de Franck Azéma, ce n’est pas possible autrement. Et puis, derrière, cette formation a de nombreux facteurs X, ce qui facilite le boulot. Je pense à Raka, Penaud, Fofana et d’autres encore. Quand Clermont parvient à jouer dans la défense, c’est une formation qui est difficile à stopper.»

Quel sera alors le point de salut des Lyonnais ? Force est de s’interroger. «Sur ce match, les rucks vont être ultra-importants, analyse Dupuy. Clermont est une équipe qui cherche en permanence à mettre de la vitesse. Lyon également mais dans une moindre mesure. Il faudra aux Lyonnais essayer de ralentir au maximum les libérations de balles clermontoises.» Justement, les zones de ruck, parlons-en.

Les Lyonnais doivent capitaliser sur les zones de ruck
Les Lyonnais doivent capitaliser sur les zones de ruck

C’est une spécialité lyonnaise au même titre que la rosette et le saucisson brioché. Tenez-vous bien. Sur la phase régulière, le Lou a terminé au premier rang des équipes qui grattent le plus de ballons. Pas moins de sept en moyenne par rencontre. Le chiffre est pharaonique. Et les gros bras du troisième ligne centre Deon Fourie, ancien talonneur, n’y sont pas étrangers. À lui seul, il a volé 27 ballons dans les zones de ruck.

Un record dans le Top 14, millésime 2018-2019. D’autres joueurs comme Etienne Oosthuizen, Liam Gill, Hendrik Roodt sont également des armes de destruction massive pour le jeu adverse. À tel point que l’équipe de Pierre Mignoni est passée reine dans l’art du turnover. «C’est une équipe très opportuniste, confirme Julien Dupuy. Une équipe qui aime jouer et qui utilise très bien les ballons de récupération.»

La clé pour Lyon, c’est de leur refiler le typhus durant les 20 premières minutes

Par-delà, les considérations techniques, l’aspect psychologique sera probablement déterminant. L’ASM Clermont Auvergne, qualifiée pour les demi-finales avant même la dernière journée, a achevé son parcours de phase régulière sur une défaite à domicile face à Montpellier.

Les packs de Clermont et Montpellier au combat
Les packs de Clermont et Montpellier au combat

Une formation elle aussi réputée pour sa qualité dans les zones de ruck. Bizarre, vous avez dit bizarre ? «La clé pour Lyon, c’est de leur refiler le typhus durant les 20 premières minutes, sourit encore Julien Dupuy. La dernière défaite à domicile contre Montpellier est peut-être encore dans les têtes. Si Lyon parvient à prendre l’avantage au score, ça peut amener les Clermontois à gamberger.» Et dans le cas contraire ? «Si Clermont parvient à prendre l’avantage au score et à mettre la machine en route, conclut Dupuy, ça deviendra très compliqué pour les Lyonnais.»

Sur le même sujet
Réagir