• Camille Lopez et les joueurs clermontois saluent leur public après la victoire contre Lyon de demi-finale de Top 14
    Camille Lopez et les joueurs clermontois saluent leur public après la victoire contre Lyon de demi-finale de Top 14 Patrick Derewiany / Midi Olympique -
Publié le / Modifié le
Entretiens

Lopez : « Ce sera une finale de rêve si on la gagne »

Malgré un début de match chaotique, l’ASM a su se remettre dans le droit chemin pour s’imposer logiquement. C’est principalement ce qu’a retenu le demi d’ouverture Camille Lopez

Avez-vous le sentiment que tactiquement Lyon avait pris le match par le bon bout ?

Camille Lopez : Notre début de match a effectivement été compliqué, avec des difficultés à sortir de notre camp notamment. Moi le premier, j’ai rencontré quelques soucis. On a tenté des choses, mais on les a mal réalisées. Notre ambition, c’était de rester dans notre projet de jeu, sans se restreindre. Ce qui est donc très positif, c’est que nous avons su reprendre le fil de la rencontre et maîtriser ce match jusqu’à la fin.

Les Lyonnais ont souvent cherché à vous couper les extérieurs. Avez-vous été gêné par cette défense ?

C.L. : Ils avaient mis en place une défense très agressive. Forcément, ça nous a compliqué la tâche. Notre objectif, c’était de conserver les ballons, ce qu’on n’a pas su faire très souvent. J’ai essayé plusieurs fois de jouer entre les lignes, mais ça n’a pas trop marché. On aurait dû essayer de multiplier les temps de jeu pour tenter de les faire bouger et de les mettre à la faute. Mais bon…

Votre conquête vous a-t-elle mis en confiance ?

C.L. : C’est un plaisir de voir que le travail réalisé tout au long de l’année est récompensé. Deux essais en première main, c’est vraiment une satisfaction tellement c’est compliqué aujourd’hui de franchir les défenses adverses.

En début de rencontre, les Lyonnais vous ont bien embêté dans les zones de ruck. Comment avez-vous réglé le problème ?

C.L. : On a vraiment été pris dans ce domaine en début de match. Nos ballons n’étaient pas propres, ils ont été constamment ralentis par les Lyonnais. Mais on a su rectifier le tir. Devant, ils ont fait le job en montant le curseur de l’agressivité. On s’en doutait. Avec des mecs comme Fourie ou encore Gil qui sont des poisons, on savait qu’on aurait du boulot dans ce secteur de jeu.

Comment jugez-vous votre association avec Greig Laidlaw sur cette rencontre ?

C.L. : Je n’avais aucune inquiétude. Nous avons la chance d’avoir deux demis de mêlée de grand talent. Greig l’a encore démontré aujourd’hui. Il a réalisé 100 % au pied. Il a été très propre. J’ai une confiance absolue en lui.

On dit que c’est une finale de rêve…

C.L. : (il se marre) Ce sera une finale de rêve si on la gagne. Notre objectif, ce sera de jouer ce match comme tous les autres de la saison. Une finale, on en a joué une il y a un mois. Surtout, ne nous prenons pas la tête avec ça. Ça reste un match de rugby de 80 minutes. Le plus important sera de bien préparer cette rencontre, de bien récupérer. Avec vingt-quatre heures de moins que les Toulousains, la fraîcheur physique peut être un élément important sur cette finale.

Mais l’affiche de cette finale n’est-elle pas la plus logique ?

C.L. : Bien sûr puisque ce sont les deux équipes les mieux classées de la phase régulière.

Pas seulement, Clermont et Toulouse ont aussi été les deux équipes qui ont produit le plus de jeu tout au long de la saison…

C.L. : Quand on regarde la demi-finale de Toulouse ou la nôtre, il n’y a pas eu non plus de grandes envolées. Il y a des choses intéressantes, mais bon…

Êtes-vous en train de nous dire qu’on va s’ennuyer samedi prochain ?

C.L. : Ah non, je n’espère pas !

Avez-vous regardé la demi-finale du Stade toulousain ?

C.L. : Nous n’avions que ça à faire, ça nous a fait passer le temps (rires). Plus sérieusement, on regarde toujours d’un œil intéressé.

Sur le même sujet
Réagir