• Mâcon a battu sur le fil Cognac-Saint-Jean-d’Angély et soulève le trophée du Challenge Yves-du-Manoir.
    Mâcon a battu sur le fil Cognac-Saint-Jean-d’Angély et soulève le trophée du Challenge Yves-du-Manoir. Max PPP - Max PPP
Publié le / Modifié le
Fédérale 1

Mâcon : un sacré courage !

Mâcon le voulait, Mâcon l’a fait. Dans un match cadenassé et haché par les fautes, Mâcon a pris le meilleur au terme d’un finish incroyable. Renversant.

Des supporters en délire, une victoire à l’arraché et un trophée… que rêver de mieux pour Mâcon ? Plus de maîtrise et moins de stress (les plus cardiaques comprendront) peut-être ? Et encore. En revanche pour le jeu, il faudra repasser. L’histoire retiendra surtout la victoire de Mâcon au terme d’une joute indécise jusqu’à la dernière minute. Celle d’un groupe soudé, sur-motivé et irréprochable aussi bien dans l’envie que dans l’engagement.

Et qui de mieux que le capitaine, Pierre Birembaut, symbole de ce courage et de la détermination sans failles des supporters, pour exprimer cet immense bonheur ? «Je ne réalise pas, je ne trouve pas les mots. C’est une immense fierté. Nous nous sommes dit les choses, comme depuis le début de saison et encore une fois ça nous permet de gravir la montagne pour toucher le sommet», expliquait le grand gaillard, très ému au coup de sifflet final. Le sommet s’appelle Yves-du-Manoir et Mâcon lui courait après depuis un long moment. «On a échoué plusieurs fois en demi-finale et en finale et il nous manquait un titre. Maintenant, nous l’avons», se félicitait le capitaine.

Quatre bus de supporters pleins à craquer !

La comédie aurait pourtant pu (dû) être dramatique. Le sort (ou plutôt l’arbitre) en a décidé autrement. «Le match est clairement dégueulasse mais au final on passe devant à la fin suite à la décision de l’arbitre en notre faveur», expliquait Julian Million, numéro 9 de Mâcon. «Nous sommes toujours derrière au score dans ce match et pourtant on ne lâche jamais rien», poursuivait le talonneur remplaçant Clément Rochet. «Nous sommes cuits physiquement mais le soutien de nos familles et de nos supporters nous a encore plus motivé», ajoutait le demi-de-mêlée.

Et la ville de Mâcon avait vu les choses en grand : fanfares, tee-shirts, drapeau mais aussi quatre bus remplis de supporters venus de Mâcon avaient débarqué à Montluçon, au stadium de la Loue. «On n’avait pas le droit de les décevoir», poursuivait le capitaine le sourire aux lèvres. Poussés par ses supporters et leurs familles, les Bourguignons sont allés au bout d’eux-mêmes en arrachant la victoire dans une fin de match irrespirable.

Ce n’est pas la plus belle victoire de la saison mais une chose est sûre c’est que c’était la plus importante. «Le groupe est soudé. Nous n’avons jamais rien lâché. Cette victoire va nous servir pour la suite. Un match dure 80 minutes donc jusqu’à la fin nous avons toujours cru en nous. Cela montre notre courage et notre détermination», relatait Pierre Birembault. La suite ? «On vient d’envoyer un message important aux autres équipes. Nous serons là l’année prochaine aussi avec des nouveaux joueurs mais toujours avec la même envie», prévenait le deuxième-ligne. Un groupe est donc bel et bien né en Bourgogne.

À défaut du rugby champagne, la fête a été belle dans les tribunes. Elle le sera aussi sur la route du retour jusqu’à ce soir et tout cet été en Bourgogne. Mâcon a montré sa force de caractère et il faudra compter sur eux pour les saisons à venir. L’avenir leur appartient.

Lény TIBLE
Sur le même sujet
Réagir